Dix patients ont été traités en Suisse avec une nouvelle thérapie utilisant des cellules du nez pour traiter des lésions du cartilage du genou. Neuf d’entre eux ont vu des améliorations significatives dans le fonctionnement de leur articulation et ont rapporté une réduction de leur douleur.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La greffe d’organe révolutionnée par les cellules souches ? Chaque année plus de 5.000 personnes bénéficient d’une greffe d’organe en France. Ces patientsnull

Le cartilage articulaire est une couche de tissu située à l'extrémité des os, qui facilite le mouvementmouvement et protège les surfaces où les os se rencontrent. Quand ce tissu est endommagé, il se répare difficilement. L'inflammationinflammation de l'articulationarticulation due à la destruction du cartilagecartilage cause les douleurs de l'arthrose.

Or les cellules du cartilage (chondrocyteschondrocytes) de la cloison du neznez ont une bonne capacité à générer des tissus cartilagineux et ils sont plastiquesplastiques, s'adaptant bien à un environnement articulaire. C'est pourquoi des chercheurs ont voulu tester ces chondrocytes prélevées dans la cloison nasale pour fabriquer un nouveau cartilage.

Ce petit essai cliniqueessai clinique a impliqué 10 patients âgés de 18 à 55 ans, avec des lésions aux articulations du genou. Les médecins de l'hôpital universitaire de Bâle ont récupéré des cellules du nez par biopsiebiopsie, sous anesthésieanesthésie locale, et les ont cultivées dans une matrice de collagènecollagène. Ils ont obtenu un greffongreffon de cartilage, mesurant 2 mm d'épaisseur et 30 à 40 mm, qu'ils ont greffé à la place du cartilage abîmé. Les résultats paraissent dans The Lancet.

Deux ans après la greffegreffe, les scannersscanners montrent que le nouveau tissu a une composition similaire à celle d'un cartilage normal. Un des dix patients a été exclu car il a une blessure sportive non liée à l'essai. Les neuf autres ont dit avoir eu des améliorations dans le fonctionnement de leur genou et des réductions de leur douleur. Il ne s'agit que d'une étude de phase I, certes prometteuse, mais il faudra encore du temps et d'autres essais cliniques plus longs pour que cette procédure soit utilisée en routine chez des patients.