L'hypertension concerne des millions de Français, surtout les plus de 65 ans. Des changements de style de vie et des médicaments existent pour prendre en charge une pression sanguine trop élevée, mais des scientifiques proposent une alternative plus simple et accessible à tous, la respiration ! Voici comment.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un battement du cœur filmé par IRM À l’échelle d’une vie, un cœur peut battre plus de 2 milliards de fois. Pourtant, si on peut le sentir vibrer dans notre cage thoracique, on ne le voit jamais à l’action. Sauf si on le passe sous IRM !

Environ une personne sur trois est hypertendue en France et seulement la moitié d'entre elles en a conscience. En effet, l'hypertension non surveillée prédispose à un large éventail de maladies cardiovasculaires. Le traitement de l'hypertension repose avant tout sur l'hygiène de vie. Le patient hypertendu doit faire attention à sa consommation de sel, limiter l'alcoolalcool et arrêter de fumer. Une activité sportive est aussi recommandée par les médecins. Si cela ne suffit pas à faire redescendre la pressionpression sanguine dans les valeurs normales, des médicaments antihypertenseurs existent. 

Exemple d'appareil respiratoire. © PowerBreath
Exemple d'appareil respiratoire. © PowerBreath

Respirer pour abaisser son hypertension

Des scientifiques de l'université de Boulder, aux États-Unis, proposent une alternative aux médicaments accessible à tous : la sollicitation des muscles respiratoires de résistancerésistance, ou IMST en anglais pour Inspiratory muscle strength training. Le principe est simple, il suffit de respirer naturellement à travers un petit appareil qui force le patient à utiliser ses muscles respiratoires pour inspirer et expirer, les rendant plus résistants et réduisant aussi l'hypertension. L'appareil peut être réglé pour augmenter la difficulté.

Voir aussi

Notre dossier sur l'hypertension artérielle

Les scientifiques ont observé que 30 respirations par jour, cinq à sept jours par semaine, tenues pendant six semaines réduisaient significativement la pression systolique de 9 mmHg (valeur normale ≥ 140 mmHg) et diasystolique de 4 mmHg (valeur normale ≥ 90 mmHg). Les bénéfices apparaissent après deux semaines d'entraînement et perdurent jusqu'à six semaines. Ces résultats sont issus de l'analyse de cinq études cliniquesétudes cliniques pilotes de petite taille et fournissent la preuve la plus robuste de l'efficacité des exercices de respiration pour contrôler l'hypertension.