Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un cœur de porc génétiquement modifié greffé avec succès sur un humain Aux États-Unis, un patient en phase terminale a reçu une greffe cardiaque unique en son genre : un cœur de cochon humanisé. L'opération a été réalisée avec succès au centre médical de l'Université du Maryland à Baltimore. © University of Maryland

La pressionpression systolique correspond à la contraction du ventriculeventricule qui permet l'éjection du sang dans l'aorte puis vers les artères. La pression y est maximale. Elle est une des deux valeurs caractéristiques de la tension artérielle. Elle est donnée généralement en première position, suivie par la valeur de la pression diastoliquepression diastolique (inférieure) qui se rapporte à la phase de relâchement du cœur.

Afin d'apporter à chaque cellule les éléments nécessaires à leur fonctionnement (O2, nutriments, hormones), le cœur envoie le sang dans les artères selon un cycle (révolution cardiaque) comprenant des phases de contraction (systolesystole) et de relâchement (diastole). La mesure de la tension exercée par le sang sur les parois des artères permet d'évaluer la force et la quantité de sang pompée par le cœur ainsi que la souplesse et l'état général des artères.

La pression systolique correspond à la pression mesurée au cours de la contraction ventriculaire. © DR
La pression systolique correspond à la pression mesurée au cours de la contraction ventriculaire. © DR

Méthodes de mesures de la pression systolique

La mesure auscultatoire de la tension artérielle la plus ancienne, repose sur les bruits artériels de Korotkov entendus grâce à un brassard placé sur l'artère humorale. Le premier bruit entendu correspond à la pression systolique, elle est donc la première valeur citée. Elle se mesure en millimètres ou en centimètres de mercuremercure (mm Hg ou cm Hg). Sa valeur moyenne au repos est de 130 mm Hg (13 cm de Hg). Les tensiomètrestensiomètres électroniques analysent l'amplitude des oscillations dues au choc sur la paroi des artères. La pression artérielle systolique correspond au début de l'augmentation de l'amplitude de ces oscillations. La deuxième valeur citée par le médecin correspond à la pression diastolique.

Les valeurs de la pression systolique peuvent varier dans la journée (repos, efforts) mais une augmentation au-delà de 140 mm Hg, sur plusieurs prises, est considérée comme une hypertension et nécessite une prise en charge médicale.

Qu’est-ce que l’index de pression systolique ?

Véritable marqueur du risque cardio-vasculaire, l'index de pression systolique permet de diagnostiquer une artériopathie oblitérante des membres inférieurs (Aomi). Mesuré à l'aide d'un doppler et d'un tensiomètre, cet index correspondant au rapport entre la pression systolique mesurée à la chevillecheville et sur le bras. Il est anormal si sa valeur est inférieure à 0.9.