Le cerveau est séparé du reste de l'organisme par une barrière qui empêche certains médicaments d'être actifs, ce qui représente un frein pour le traitement des maladies neurologiques. © logo3in1, Adobe Stock
Santé

Des chercheurs ont trouvé la porte d'entrée pour délivrer des médicaments dans le cerveau !

ActualitéClassé sous :cerveau , semaine du cerveau , médicaments

-

La barrière hémato-encéphalique protège notre cerveau et l'isole de la circulation sanguine générale. Elle empêche l'entrée de molécules toxiques dans le système nerveux central, mais aussi de certains remèdes qui seraient pourtant utiles dans le traitement des maladies neurologiques. Une équipe aurait trouvé un moyen de la contourner et de délivrer des médicaments directement dans le cerveau.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Cerveau en 3D réalisé grâce à l’IRMa 3D  En utilisant le nouveau logiciel d’IRMa 3D, une animation 3D peut être créée à partir d'une image IRM. Le détail frappant de ces mouvements amplifiés animés peut aider à identifier des anomalies, telles que celles causées par des blocages de fluides rachidiens, comprenant le sang et le liquide céphalorachidien dans le cerveau. 

Le cerveau est constitué de plusieurs milliards de neurones. Ces cellules vulnérables et indispensables au bon fonctionnement de l'organisme bénéficient d'un environnement protecteur grâce aux méninges et à la boîte crânienne. La barrière hémato-encéphalique représente une frontière chimique et structurelle qui sépare le cerveau du reste de l'organisme. Elle contrôle les éléments aptes à rentrer dans le compartiment cérébral ; elle joue un rôle de filtrage pour éviter que des molécules toxiques ne pénètrent le cerveau.

Dans cette logique, elle empêche passage de certains médicaments. Cela constitue un frein à la prise en charge des maladies neurologiques. Des chercheurs de l'université de Yale aux États-Unis se sont penchés sur la question : ils ont mis au point un système permettant d'ouvrir la barrière hémato-encéphalique pendant quelques heures à un moment choisi à l'avance afin de permettre l'administration de médicaments dans le cerveau. Leurs travaux ont été publiés le 4 mars dans la prestigieuse revue Nature.

Perméabiliser la barrière

C'est la première fois qu'une équipe affirme être capable de perméabiliser la barrière-hémato-encéphalique de manière temporaire pour permettre le traitement de pathologies du cerveau. La voie de signalisation Wnt est impliquée dans le maintien de l'intégrité de la barrière entre le cerveau et le reste de l'organisme. Le récepteur Unc5B a la capacité de contrôler cette voie en maintenant la barrière imperméable. Pour ce faire, il doit être accroché à son ligand Netrin-1.

Un anticorps pourrait perméabiliser la barrière de manière temporaire et réversible. © molekuul.be, Fotolia

Les auteurs ont réalisé des expériences chez des souris adultes présentant une barrière hémato-encéphalique fonctionnelle. Lorsque l'expression du récepteur Unc5B est éteinte, la barrière est ouverte. Lorsque l'expression du récepteur Unc5B est allumée mais que son ligand Netrin-1 est absent, la barrière est également ouverte.

Un anticorps pour ouvrir la barrière sur demande

Les auteurs ont ensuite développé un anticorps capable de se fixer sur Netrin-1. Lorsque le site de liaison de Netrin-1 au récepteur Unc5B est masqué par un anticorps, la barrière demeure ouverte. L'anticorps mis au point a été injecté à des souris adultes. Le passage vers le cerveau demeure ouvert jusqu'à ce que l'anticorps soit éliminé par l'organisme.

Il s'agit donc d'un système permettant de maintenir la barrière hémato-encéphalique ouverte de manière transitoire et réversible -- le temps d'administrer un médicament -- via l'injection d'anticorps. Cette découverte pourrait complètement changer la donne dans la prise en charge des maladies du système nerveux central comme la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, la maladie d’Alzheimer ou les cancers du cerveau.

Pour en savoir plus

En plus des ateliers proposés dans toute la France par la Société de Neurosciences, à l'origine de la Semaine du cerveau, Futura met à l'honneur les dernières avancées scientifiques concernant notre ciboulot. Cognition, psychologie ou encore histoires insolites et extraordinaires, une collection d'articles, de questions-réponses et de podcasts à retrouver toute cette semaine sous le tag « Semaine du cerveau » et sur nos réseaux sociaux !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !