Notre cerveau est plus à même de se rappeler où sont les brownies que les tomates

Classé sous :mémoire , mémoire spatiale , nourriture

Avez-vous déjà remarqué que vous vous dirigez sans problème vers le rayon biscuits dans les magasins alors que vous passez de longues minutes à dénicher les soupes marquées sur votre liste ? Pas de hasard ou d'acte manqué là-dedans : selon une nouvelle étude parue le 8 octobre dans Scientific Report, le cerveau humain serait naturellement plus enclin à se rappeler où sont situées les aliments à forte valeur calorique.

Les chercheurs de l'université de Wageningen aux Pays-Bas ont recruté 512 participants et leur ont fait sentir des odeurs de nourriture placées sur un parcours prédéfini. À chaque point de passage, les cobayes devaient regarder une photo de l'aliment et sentir leur odeur, puis noter celles qu'ils préféraient. Quatre des odeurs étaient de la nourriture riche en calories (brownies au chocolat, caramel, cacahouètes...) et quatre autres des aliments « diététiques » comme des pommes, du concombre ou des tomates cerise.

Après le test, les participants étaient invités à localiser sur un plan les différents échantillons. Résultat : quelles que soient leurs préférences alimentaires, les participants sont 36 % à se rappeler la localisation des aliments riches en calories, contre 30 % pour les aliments diététiques. La mémoire visuelle est encore plus efficace puisque que les taux de bonnes réponses grimpent à 63 % et 57 % lorsqu'on présente les photos d'aliments accompagnant les odeurs.

Selon les chercheurs, cette aptitude proviendrait de nos ancêtres du Pléistocène, lorsque les individus devaient lutter pour trouver de la nourriture suffisamment nutritive dans leur environnement. Mais, là où notre mémoire spatiale était adaptée autrefois à se rappeler l'emplacement d'une forêt de châtaigniers, cette faculté a perdu tout son sens dans un monde où la nourriture est abondante et omniprésente. Voilà peut-être qui explique pourquoi on finit toujours par atterrir au McDonald quand on se perd sur le trajet.

Le cerveau mémorise en priorité l’emplacement de la nourriture riche en calorie. © Andrii Zastrozhnov, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Notre second cerveau responsable de l'obésité ?  Raphaël Moriez, neurobiologiste à l’université de Nantes, explique le lien qu’il vient de découvrir avec ses collègues entre le système nerveux entérique, aussi appelé « second cerveau », et l’obésité. © Inserm