Les troubles de la mémoire peuvent être incriminés au stress, à une mauvaise hygiène de vie (régime alimentaire inapproprié, alcoolisme, etc.), à la prise de médicaments, ou bien à l’âge. Le vieillissement du cerveau s’accompagne en effet d’un ralentissement des capacités cognitives, dont la mémoire. © aytuncoylum, Fotolia

Santé

Pourquoi perd-on la mémoire en vieillissant ?

Question/RéponseClassé sous :mémoire , cerveau , vieillesse
 

Le temps file, la jeunesse s'envole... et la mémoire avec elle ? Naturel, comme le passage du temps, le déclin des fonctions cognitives avec l'âge s'explique par le vieillissement du cerveau et ce n'est pas forcément synonyme de démence.

Gagner en âge entraîne une diminution des capacités physiques comme cérébrales, car le vieillissement cellulaire vaut aussi pour les neurones. La vitesse de traitement de l'information ralentit et il devient plus difficile d'exécuter certaines tâches complexes. De plus, la mémoire de travail, qui traite les informations à court terme, devient moins performante.

Ce déclin naturel des capacités cognitives touche deux dimensions de la mémorisation, l'encodage et la récupération (capacité à enregistrer et se remémorer une information), qui dépendent surtout de facteurs externes (attention et motivation) et des stratégies mises en place par le cerveau pour mémoriser. Ces mécanismes perdraient en efficacité avec l'âge, à cause du recours à des stratégies plus superficielles et répétitives, et au vieillissement du lobe frontal impliqué dans ces processus.

Pour prévenir les troubles de la mémoire liés à l’âge et le développement de démences, on conseille d’adopter un mode de vie sain, d’entraîner sa mémoire avec des activités intellectuelles stimulantes, mais aussi de faire de l’exercice physique et de favoriser les interactions sociales. © compuinfoto, Fotolia

La perte de mémoire avec l’âge existe en l’absence de maladie

D'après une étude réalisée en 2007 par des chercheurs américains sur des adultes sains âgés de 18 à 93 ans, l'altération de la mémoire en vieillissant viendrait d'un dérèglement dans la coordination des différentes régions cérébrales. Celui-ci serait induit par la dégradation de la substance blanche, un tissu essentiellement composé d'axones (fibres nerveuses) responsable de la circulation des informations dans le système nerveux.

Le déclin normal des fonctions cognitives reste minime, comparé à celui dont souffrent les personnes atteintes de démences séniles, comme la maladie d'Alzheimer. Cette dernière se manifeste souvent par des troubles du stockage, ou consolidation, des informations (création des souvenirs à long terme), dont se charge l'hippocampe.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement).

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Un implant révolutionnaire pour éviter la maladie d’Alzheimer  La maladie d’Alzheimer attaque progressivement les neurones, provoquant tout d’abord des troubles de la mémoire jusqu’à la perte des fonctions autonomes puis la mort. Des chercheurs de l’EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne), en Suisse, ont développé une capsule qui pourrait protéger les neurones et enrayer la maladie. Voici son fonctionnement présenté en vidéo.