La pollution atmosphérique est mauvaise pour le système respiratoire, le cœur mais aussi le cerveau. © adydyka2780, Adobe Stock
Planète

Pourquoi la pollution de l’air altère nos fonctions cognitives ?

Question/RéponseClassé sous :Pollution , cerveau , démence

[EN VIDÉO] Quelle est la part des transports dans la pollution ?  Le transport est le deuxième contributeur de gaz à effet de serre, avec 24,6% des émissions. 

De très nombreuses données sont disponibles sur le lien entre la pollution de l'air et la santé respiratoire et cardiovasculaire des personnes. Des preuves existent pour différents composés, que ce soit à court ou à long terme. De façon plus originale, des données existent aussi maintenant sur le lien entre pollution atmosphérique et fonctions cognitives. Comment les polluants atmosphériques accèdent-ils au système nerveux central malgré la barrière hémato-encéphalique ? Quels sont leurs effets sur le cerveau ?

Qu'est ce que la pollution atmosphérique ? La pollution atmosphérique est caractérisée par la présence dans l'air que nous respirons de composés toxiques pour les humains ou pour l'environnement. Pour certains composés, la toxicité est dose-dépendante ; pour d'autres, ce n'est pas le cas. Par ailleurs, certains polluants réagissent entre eux pour former un nouveau composé, toxique lui aussi. L'Organisation mondiale de la Santé a établi des seuils à ne pas dépasser pour six polluants majeurs dont les particules fines (<2,5 μm) et le dioxyde d'azote. En France, depuis les années 2000, la concentration de ces composés est en constante diminution. Néanmoins, la population demeure exposée a des taux pouvant être néfastes pour la santé.

Comment l’air pollué altère-t-il les fonctions cognitives ?

D'une part, il y a un effet à distance. Les polluants se déposent dans le système respiratoire déclenchant une réaction inflammatoire avec production de cytokines. Ces cytokines se déversent dans la circulation générale, passent la barrière hémato-encéphalique (BHE) et se retrouvent dans le cerveau. D'autre part, il y a un effet direct. Les particules les plus fines pourraient accéder au cerveau via la voie nasale grâce au nerf olfactif. Les mécanismes à proprement parler ne sont en revanche pas encore élucidés.

Un lien a été établi entre particules fines et déclin cognitif. © Sergiy Serdyuk, Adobe Stock

Quels sont les effets des polluants atmosphériques sur le cerveau ?

Une exposition prolongée aux particules fines accélère le déclin cognitif et la démence. En revanche, un lien direct n'a pas pu être établi entre exposition au dioxyde d'azote et vieillissement cognitif.

Une récente étude française a été menée et a inclus 9.294 participants de plus de 65 ans dont 61 % de femmes. Les sujets ont bénéficié d'un examen cognitif 2, 4, 7, 10 et 12 ans après l'inclusion. L'exposition à trois polluants (particules fines, carbone suie et dioxyde d'azote) a été évaluée grâce à des modèles statistiques à partir de données satellites. L'exposition aux particules fines augmentait le risque de démence tandis qu'aucun lien statistique n'a pu être mis en évidence avec le dioxyde d'azote et le carbone suie.

Ces premiers résultats méritent d'être confirmés par des essais plus importants. Par ailleurs, il est nécessaire de développer des méthodes de mesure plus performantes afin de pouvoir quantifier avec précision l'exposition aux polluants atmosphériques de sujets selon leur mode de transport, leur lieu de travail, leur mode de vie...

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !