Au Moyen Âge, la proportion de britanniques souffrant d'un cancer au moment du décès aurait oscillé entre 9 et 14 %. © peterschreiber.media, Adobe Stock
Santé

Au Moyen Âge, le cancer faisait aussi des ravages

ActualitéClassé sous :cancer , Moyen Âge , mortalité

[EN VIDÉO] Cancer : de la théorie à la pratique  Futura-Sciences a rencontré Norbert Vey, clinicien à l’Institut Paoli-Calmettes de Marseille, afin de mieux comprendre comment les médecins abordent les avancées en recherche théorique pour en faire profiter les patients. 

Si l'industrialisation a augmenté la proportion de cancers dans la population humaine, cette maladie existait bien avant. Au Moyen Âge notamment. Mais quelle était sa prévalence ?

Quelque 40 à 50 % des Britanniques souffrent d'un cancer à leur mort, qu'il en soit la cause ou non. Une maladie survenant davantage à notre époque qu'il y a plusieurs siècles. L'industrialisation, et ce qu'elle a apporté de substances cancérigènes, a sa part de responsabilités. Mais cela signifie-t-il qu'avant le XVIIIe siècle, la proportion de cancers était ridiculement faible ? Pas forcément. C'est une question qu'ont souhaité creuser des chercheurs... en creusant dans six cimetières de la région de Cambridge.

Les 143 squelettes excavés ont fourni quelques éléments de réponse. Datant du VI au XVIe siècle, la plupart d'entre eux sont exempts de toute trace de cancer. Ce qui n'a pas surpris les scientifiques. « La majorité des cancers se forment dans les tissus mous des organes, dégradés depuis longtemps dans les vestiges médiévaux », rappelle Piers Mitchell, l'un des auteurs de l'étude. Seuls certains cancers se disséminent jusqu'aux os, qui perdureront au travers des siècles. Parmi eux, quelques-uns seront visibles à la surface des os. Pour observer « dans l'os, des signes de malignité », l'équipe a fait appel à la tomodensitométrie.

Selon l'OMS, le tabagisme serait aujourd'hui responsable d'un quart des décès dus à un cancer. Il s'agit du facteur de risque le plus important. © buenaventura13, Adobe Stock

De 9 à 14 %

Un total de 3,5 % des individus ont montré des preuves de métastases -- la propagation du cancer hors de son foyer initial dans l'organisme. Or, « la recherche moderne montre qu'un tiers à la moitié des personnes atteintes de cancers des tissus mous auront une tumeur propagée à leurs os », indique Piers Mitchell. De là, les scientifiques ont pu estimer l'incidence du cancer dans la population anglaise médiévale : 9 à 14 %.

« Jusqu'à présent, on pensait que les causes les plus importantes de mauvaise santé chez les gens du Moyen Âge étaient les maladies infectieuses telles que la dysenterie et la peste bubonique, ainsi que la malnutrition et les blessures dues aux accidents ou à la guerre », souligne le chercheur. Bien que la prévalence du cancer reste quatre à cinq fois plus élevée de nos jours, ces résultats signifient qu'une part non négligeable de la population médiévale était atteinte d'un cancer. Plusieurs points peuvent expliquer cette nette différence, selon ces scientifiques : la présence de substances cancérogènes industrielles, la propagation de virus déclenchant des tumeurs malignes, et une espérance de vie plus longue.

« Nous devons maintenant ajouter le cancer comme l'une des principales classes de maladies qui affligeaient les gens du Moyen Âge », a asséné Jenna Dittmar, l'une des autrices. Mais l'équipe souligne la difficulté d'extrapoler à partir de moins de 150 personnes, dont il ne reste que quelques os

---

Découvrez Chasseurs de ScienceUn samedi sur deux, plongez dans une immersion aux côtés des aventuriers et des chercheuses, des patients et des héroïnes qui ont écrit la petite et la grande Histoire des sciences.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !