Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Kézako : quels traitements subissent les eaux usées ? Le traitement des eaux usées est un épineux problème. Riches en matières organiques mais aussi en polluants et substances dangereuses comme l’ammoniaque, ces eaux passent en général par l’épuration avant de retourner dans la nature. Unisciel et l'université de Lille 1 nous dévoilent, avec le programme Kézako, le chemin de l’eau jusqu'à la rivière.

La dysenterie est une diarrhéediarrhée accompagnée de sang et/ou de mucusmucus, et potentiellement mortelle. Cette maladie est fréquente lorsque les conditions sanitaires sont insuffisantes, en particulier lorsque les aliments et l'eau ne sont pas propres. De manière générale, la préventionprévention passe par l'amélioration des conditions d'hygiène.

Les différentes causes de la dysenterie

La dysenterie peut être causée par :

  • Une infection bactérienne, ou dysenterie bacillaire, ou shigellose : cette infection du côloncôlon, fréquente dans les pays à revenu faible ou dans les camps de réfugiés, cause des centaines de milliers de décès chaque année dans le monde, dont beaucoup d'enfants de moins de cinq ans. Les shigelloses sont causées principalement par quatre bactéries Shigella, aussi appelées shigelles : Shigella dysenteriae, Shigella flexneri, Shigella boydii, Shigella sonnei. La transmission des bactériesbactéries se fait par la voie féco-orale, entre individus, par l'eau ou des aliments contaminés. Le traitement utilise des antibiotiques. C'est la dysenterie la plus grave.
  • Un protozoaireprotozoaire : la dysenterie amibienne ou amibiase, due à Entamoeba histolytica qui colonise la muqueusemuqueuse intestinale. Souvent sans symptômesymptôme, cette amibiase est responsable de complications : diarrhées sanguinolentes et douloureuses, ulcères (à cause de la destruction de la paroi intestinale), abcèsabcès du foiefoie ou au poumonpoumon... La maladie est fréquente dans de mauvaises conditions d'hygiène. Environ 40.000 à 100.000 personnes décéderaient de cette maladie chaque année, d'après l'Institut Pasteur. La maladie se traite par des antiparasitaires.