Planète

Culture des roses : comment nuit-elle à l'environnement ?

Question/RéponseClassé sous :Eco-consommation , rose , bourse aux fleurs
La culture des roses consomme beaucoup d'eau. © Garder le Kap, Flickr, DR

Les roses sont des fleurs très prisées en Europe et à travers le monde. Environ 70 % des roses vendues sur le continent européen sont cultivées en Afrique, au Kenya plus précisément. Bien que le climat kenyan soit favorable à leur croissance, la culture des roses nuit à l'environnement.

La culture des roses consomme beaucoup d'eau

Au Kenya comme ailleurs, la culture industrielle des roses est nuisible, car elle nécessite l'utilisation de grandes quantités d'eau. L'eau est une ressource rare au Kenya. La culture des roses nuit à l'environnement, car elle provoque des sécheresses. La culture intensive des roses est responsable de l'assèchement progressif de l'un des plus grands lacs kenyans, le lac Naivasha, et de la destruction de tout un écosystème.

Culture des roses, engrais et pesticides

Parmi les inconvénients nuisibles à l'environnement de la culture des roses, on peut citer l'utilisation d'engrais et de pesticides en grandes quantités, qui pollue les sols, les points d'eau et les nappes phréatiques. Cette pollution affecte la faune et la flore, mais aussi les Hommes.

Transport des roses et émissions de CO2

Des milliers de roses sont vendues chaque jour à la bourse aux fleurs d'Amsterdam. Une fois les roses vendues, elles sont expédiées partout dans le monde. Le transport des roses génère des émissions de CO2 et participe au réchauffement climatique.

À savoir : les roses vendues à la bourse aux fleurs d'Amsterdam viennent principalement du Kenya.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi