Pour étudier la technique de vol des oiseaux planeursplaneurs, plusieurs raisons m'ont conduit à choisir le vautour fauve (Gyps fulvus) :

Falaises de la vallée de la Jonte (Lozére) Site « historique » de la première réintroduction réussie du vautour fauve. © Michel Mouze - Reproduction et utilisation interdites.

Falaises de la vallée de la Jonte (Lozére) Site « historique » de la première réintroduction réussie du vautour fauve. © Michel Mouze - Reproduction et utilisation interdites.

- c'est en France certainement l'un des planeurs terrestres les plus habiles,
- c'est un très grand oiseauoiseau, ce qui implique que les mouvementsmouvements de réglage de ses ailes sont beaucoup moins rapides - donc plus facilement observables - que ceux d'un oiseau plus petit. De plus sa grande taille autorise des prises de vues assez éloignées,
- c'est un oiseau non migrateurmigrateur, et qui vit en colonie. Il est donc possible de l'observer facilement aussi longtemps qu'on le désire (ce qui ne serait pas le cas avec un aigle ou une buse) et en toute saisonsaison.
- il en existe des colonies importantes en France (populations réintroduites dans les Causses - vallée de la Jonte ou du Tarn - dans les Baronnies, le Vercors, les gorges du Verdon), des populations dans les vallées des Pyrénées, en Navarre (Espagne)...
- enfin son vol est très esthétique, ce qui ne gâche rien au plaisir de l'observation.

Suivi d'une population réintroduite du "Vautour Fauve". Reprise d'un "Vautour Fauve" juvénile en difficulté après un envol. © CNRS Photothèque - Sarrazin François - Reproduction et utilisation interdites.

Suivi d'une population réintroduite du "Vautour Fauve". Reprise d'un "Vautour Fauve" juvénile en difficulté après un envol. © CNRS Photothèque - Sarrazin François - Reproduction et utilisation interdites.

L'observation a généralement lieu en haut d'une falaise, à proximité d'une colonie de vautours. Selon le point ou la phase de vol à étudier, l'enregistrement des données se fait soit par observation et enregistrement au dictaphone, soit plus généralement par enregistrement en vidéo. Un très grand nombre de prises de vue est effectué d'oiseaux en vol, en gros plan (pour l'étude des réglages alairesalaires) ou en plan plus large (pour l'étude du résultat global du vol). De retour au laboratoire, ces enregistrements sont triés et caractérisés en séquences selon un code qui permet de retrouver facilement les phases de vol ou les comportements des oiseaux. Enfin c'est le long travail d'analyse en détail des séquences correspondant à une même phase de vol, avec description des comportements, mesure des déplacements et chronométrage (nombre d'images)...

Une méthode de mesure de la vitessevitesse des oiseaux en vol a d'ailleurs été mise au point à partir de ces enregistrements, pour être appliquée à l'étude des différentes phases de vol.