Moins de deux mois après son lancement, le prototype de voile solaire Ikaros de l’Agence spatiale japonaise s’est déployé et a pris son envol pour un voyage de plusieurs années qui devrait le conduire autour de Vénus et de l’autre côté du Soleil. Ce succès montre que cette technologie peut passer de la science-fiction à la réalité.
Cela vous intéressera aussi

Lancée le 21 mai 2010 en même temps que la sonde Akatsuki à destination de VénusVénus, cette voile solaire s'est correctement déployée le 10 juin, ce qui n'était pas gagné. Elle a pris son envol il y a quelques jours propulsée par la seule force de la pression de radiationpression de radiation de la lumièrelumière du SoleilSoleil. Elle se situe maintenant à quelque 18 millions de kilomètres de la TerreTerre.

Ces deux points durs effacés, la Jaxa (l'agence spatiale japonaiseagence spatiale japonaise) prépare une deuxième voile solairevoile solaire qui combinera la poussée des photonsphotons et la propulsion ionique. Bien plus grande (50 mètres d'envergure contre 20 pour Ikaros), elle sera lancée à la fin de l'année vers Jupiter et au moins un de ses astéroïdes troyens. L'objectif est de démontrer la faisabilité technologique d'utiliser la navigation solaire en complément d'autres sources d'énergieénergie pour propulser une sonde spatiale.

En deux missions audacieuses (rappelons-nous le récent retour sur Terre d'Hayabusa avec, peut-être, des échantillons extraterrestres), l'Agence spatiale japonaise signe autant de performances qui, si elles sont suivies d'effet, pourraient doter le Japon de capacité d'exploration spatiale assez novatrice.