Sciences

La voile solaire de la Planetary Society va-t-elle se déployer ?

ActualitéClassé sous :voile solaire , LightSail , The Planetary Society

Tombé en panne seulement deux jours après son lancement, le petit démonstrateur de voile solaire de la Planetary Society est de nouveau fonctionnel. La nuit dernière, les contrôleurs lui ont donné l'ordre de se déployer. 

Lightsail : une voile solaire pour voyager dans l’espace  À l’image d’un bateau, le projet Lightsail vise à utiliser le vent solaire pour se déplacer dans l'espace à l'aide d'une voile. Le premier satellite devrait être lancé cette année. Voici en vidéo un aperçu de ce concept qui semble tout droit sorti d'un livre de science-fiction. 

LightSail est un petit démonstrateur de voile solaire financé par le public, des fonds privés et des membres de la Planetary Society. Ce programme s'inscrit dans une initiative à moyen terme pour démontrer qu'il est possible de voyager entre les planètes par la seule force des photons, l'énergie solaire dans sa forme la plus pure.

Il a été lancé le 22 mai, en même temps que le X-37B, la petite navette inhabitée de l'armée de l'Air, par un lanceur Atlas 5. Mais ce CubeSat (une famille de satellites de petite taille) est tombé en panne deux jours plus tard, à cause d'une défaillance de l'ordinateur de bord, puis est resté silencieux durant une dizaine de jours.

Les contrôleurs au sol ont toutefois réussi à en reprendre le contrôle d'une façon inattendue et même surprenante. Incapables de redémarrer l'ordinateur, ils ont attendu qu'une particule chargée du rayonnement cosmique frappe le satellite, ce qui a réinitialisé l'informatique récalcitrante ! L'improbable semble s'être produit et l'ordinateur s'est remis en route. Depuis, le satellite est sous contrôle et fonctionne normalement.

Une vue d'artiste de la LightSail. © Planetary Society

Traînée atmosphérique fatale

L'équipe du projet vient d'ordonner à LightSail de déployer sa voile. Constituée de quatre couches en Mylar, un polymère très fin, léger et réfléchissant, cette voile est épaisse de seulement 4,5 microns. Elle a pour seul but de tester son système de contrôle d'attitude et d'étudier son comportement lors de la phase de déploiement puis durant les quelques jours de son séjour en orbite. Freinée par la traînée due à l'atmosphère, la voile finira par s'y enfoncer et sera détruite.

Si l'expérience réussit, la Planetary Society prévoit de dériver de ce prototype une voile solaire bien plus représentative d'un système opérationnel qui sera lancée en 2016 à bord de la version lourde du Falcon 9 à environ 720 kilomètres d'altitude.

Le CubeSat LightSail et les quatre petits mâts qui supportent la voile solaire. © The Planetary Society