Cette phase de vol, propre aux vautours, réunit deux oiseaux volant en position superposée à 1 ou 2 mètres l'un de l'autre. Dans toutes les séquences observées de vol en tandem, le vautour qui opère la jonction vient se placer dans la position supérieure, c'est l'individu de dessus qui prend l'initiative de la mise en place du vol en tandem. Celui-ci arrive en général bien au-dessus du niveau, et dans l'axe de la trajectoire de son partenaire, il le rattrape progressivement avant de descendre doucement pour se mettre en position juste au-dessus de lui, à une très faible distance.

<br />&copy; Michel Mouze - Reproduction et utilisation interdites.

© Michel Mouze - Reproduction et utilisation interdites.

Cette figure de vol est très spectaculaire, mais sa réalisation et son maintient paraissent délicates, probablement à cause des interférencesinterférences entre les turbulencesturbulences engendrées dans le sillage des différents oiseaux.

<br />&copy; Michel Mouze - Reproduction et utilisation interdites.

© Michel Mouze - Reproduction et utilisation interdites.

Cette figure de vol réunit le plus souvent les partenaires d'un même couple ou ayant des affinités marquées, et elle fait partie de la parade nuptiale. Mais parfois plusieurs individus - jusqu'à 7 ou 8 - se retrouvent ainsi « empilés » en vol, ces formations très instables se faisant et se défaisant à l'occasion de poursuites effrénées qui sont l'une des manifestations du comportement social dans cette espèceespèce.

Les schémas de M. Mouze représentant les ascendances et la journée de vol du vautour, ont été publiées dans le « Guide des Causses et des gorges » (édité par le Parc National des Cévennes - 1998).