Planète

Le marais poitevin : marais mouillés et marais désséchés

Dossier - Marais poitevin : les marais communaux
DossierClassé sous :géographie , marais poitevin , zone humide

-

Situés dans la deuxième plus grande zone humide de France appelée le marais poitevin, les marais communaux sont des praires naturelles humides qui appartiennent aux habitants des communes. Des lieux uniques en France à découvrir dans ce dossier.

  
DossiersMarais poitevin : les marais communaux
 
Maison de la réserve et prairies. © LydieG85, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0

1 - Localisation et surface

Sur la façade atlantique, le Marais Poitevin se situe sur deux régions (Pays de Loire et Poitou Charentes) et sur trois départements (Charente-Maritime, Deux-Sèvres et Vendée). Zone humide d'environ 100 000 ha dont 34 000 ha de prairies humides. Ce territoire appartient à un bassin versant de 6 100 km² où 450 000 habitants vivent.

© WWF.Fr - Tous droits de reproduction interdit

2 - Origine de ce territoire

Il y a 10 000 ans, cette vaste étendue était recouverte par l'ancien golfe des Pictons. Seule émergeait une vingtaine d'îles. Puis, au fil des ans, l'océan a reculé entraînant l'envasement progressif du golf. L'élevage se développe alors sur les prés salés où le fourrage est d'une qualité incomparable, tandis que l'exploitation du sel fait son apparition.

A partir du 12ème siècle de puissantes abbayes s'installent en bordures de marais et déploient d'importants moyens pour conquérir de nouvelles terres sur la mer. Les inépuisables ressources de ce milieu (richesse du sol, eau, climat océanique) favorables à une agriculture prospère incitent les ecclésiastiques à développer plus encore cette activité. Ainsi, pendant des siècles, l'évacuation des eaux, l'assèchement et la mise en valeur du marais ont été prioritaires pour l'agriculture et la prévention contre les crues.

© Ph. Garguil - Parc Interrégional du Marais Poitevin - Tous droits de reproduction interdit

3 - Ses différentes zones

Le Marais Poitevin est composé de plusieurs grandes entités écologiques et paysagères liées à son fonctionnement hydraulique. On peut distinguer :

  • Les Marais Mouillés et les fonds de vallées humides :
zones inondables par crue ou par engorgement en période pluvieuse (32 200 ha)
  • Les Marais Desséchés :

marais protégés des inondations et des marées par un réseau de levées et de digues pour développer les cultures drainées. (65 500 ha)

  • Les Milieux Littoraux :

milieux soumis à l'influence des marées, composés des mizottes, des vasières, des dunes et sables ( 9 700 ha)

  • Les îlots clacaires internes (4 600 ha) :

anciennes terres hautes qui formaient des îles lorsque l'océan occupait le Golfe du Picton.

© D. Naudon - Tous droits de reproduction interdit

4 - Importance en terme de biodiversité

Le Marais Poitevin est la deuxième plus grande Zone Humide de France après la Camargue tant par l'importance des effectifs d'oiseaux que par la diversité des espèces rencontrées. Il est constitué d'une mosaïque de milieux où l'eau est un facteur essentiel. Doté d'une longue façade littorale et de vastes prairies naturelles humides, il se trouve sur l'un des principaux couloirs de migration des oiseaux.

Le Marais Poitevin constitue un ensemble d'une importance écologique exceptionnelle, reconnue ou en voie de l'être au niveau français, européen et même mondial. 5 espèces d'oiseaux sont prioritaires dans la Directive « Oiseaux » : Butor étoilé, Outarde Canepetière, Phragmite des joncs, Râle des genêts et Sterne de Dougall. Le 23 décembre 2003, le Marais Poitevin a été désigné Site Natura 2000 et fait l'objet de l'application des directives « Oiseaux » et « Habitats ». Sur son territoire, 3 réserves naturelles existent également.

© WWF.Fr - Tous droits de reproduction interdit

5 - Les menaces actuelles :

Les travaux hydrauliques agricoles menés depuis les années 70 ainsi que certaines pratiques culturales (drainage, labours) ont entraîné la disparition de 55% des prairies humides entre 1979 et 1994, au profit des grandes cultures.La demande en eau de plus en plus forte, la multiplication des surfaces irrigués sur le marais mais aussi sur les plaines périphériques ont des conséquences néfastes multiples : contamination des eaux de surface et des nappes ; abaissement de la nappe phréatique ; allongement de la période de sécheresse ; inversion des flux naturels de l'eau ; manque d'eau pour les autres activités. La gestion de l'eau est le problème centrale de ce territoire où de nombreux acteurs en sont responsables. Les Schémas d'Aménagement et de Gestion de l'eau en sont à leur début.