Planète

Marais poitevin : le rôle pastoral des marais communaux

Dossier - Marais poitevin : les marais communaux
DossierClassé sous :géographie , marais poitevin , zone humide

-

Situés dans la deuxième plus grande zone humide de France appelée le marais poitevin, les marais communaux sont des praires naturelles humides qui appartiennent aux habitants des communes. Des lieux uniques en France à découvrir dans ce dossier.

  
DossiersMarais poitevin : les marais communaux
 

Au fil des siècles, l'homme et la nature ont façonné les communaux. Sur ces territoires a émergé un modèle de gestion agri-environnementale préservant une flore et une faune diversifiées.

Les chevaux du marais poitevin. © JamesDeMers, Pixabay, DP
© D. Tarrier - Tous droits de reproduction interdit

Le mode d'exploitation traditionnel de ces prairies humides inondables est le pâturage libre, collectif et plurispécifique. Celui-ci correspond à une mise en commun des troupeaux des différents éleveurs, qu'il s'agisse de vaches, de chevaux ou même d'oies.

Soins Vétérinaires . © D. Tarrier - Tous droits de reproduction interdit

Les caractéristiques écologiques propres à ces prairies humides permettent d'offrir un fourrage de qualité, un peu salé et d'une grande diversité floristique, à l'origine de niveaux de croissance élevés au printemps chez les animaux. Par ailleurs, l'organisation en pâturage collectif autorise une certaine souplesse dans la gestion et l'économie des différentes fermes propriétaires des troupeaux.

Parc à contention . © Parc Interrégional du Marais Poitevin Tous droits de reproduction interdit

Les marais communaux ont un rôle sociale fort. Si la confiance existe, en particulier entre les éleveurs usagers, on constate des pratiques d'entraide, une forme d'organisation solidaire qui permet de collectiviser le transport des bêtes, mais aussi les visites, le regroupement du bétail lors des retraits intermédiaires et définitifs en fin d'année de pâturage, ou encore les traitements sanitaires ; il résulte de l'exploitation collective une mutualisation de nombreux coûts, qui engendre des gains de temps et d'argent sur les dépenses d'entretien de la prairie (échardonnage notamment) et d'équipements (abreuvoirs, parcs de contention, barrières, clôtures...).

Pèse des animaux . © Parc Interrégional du Marais Poitevin Tous droits de reproduction interdit

Dans le meilleur des cas, le communal apparaîtra ainsi comme un espace tampon par rapport aux aléas économiques (mesures agri-environnementales,...) et écologiques (inondations et sécheresses). Il reste que les communaux sont souvent des terres basses, elles sont donc les premières à être couvertes d'eau et les dernières à se trouver sèches.

© Parc Interrégional du Marais Poitevin Tous droits de reproduction interdit

Tous les ans, durant le mois d'avril, les différents communaux ouvrent leurs portes afin de permettre aux éleveurs d'y faire pâturer leurs bêtes (chevaux, vaches, oies,...) en liberté totale jusqu'à l'automne. Ce jour-là, ce sont plusieurs centaines d'animaux, issus d'élevages différents qui arrivent par camions sur ces prairies. Avant d'être lâchés sur le marais, les animaux sont parqués et un contrôle sanitaire est effectué par un vétérinaire. Il y a 30 ans, de nombreuses traditions et coutumes saluaient encore l'ouverture et la fermeture des communaux.

© Parc Interrégional du Marais Poitevin Tous droits de reproduction interdit

Pour renouer avec ces traditions, Parc Interrégional du marais Poitevin, la Ligue pour la protection des oiseaux et le WWF-France proposent aux habitants et aux visiteurs, dans le cadre de ces ouverture, de découvrir l'histoire et le rôle de ces marais. Pour cela des expositions, des ateliers pour les enfants, des contes, des balades nature, des tables rondes et bien d'autres animations sont organisés. Un repas à base de viande grillée, issue des prairies naturelles humides du Marais, est servi.