-

De magnifiques paysages composent la Région avec ses moulins typiques, ses rues pavées, ses immenses plages de la Côte d'Opale, sa campagne, son architecture flamande. Le Nord-Pas de Calais est une Région où il fait bon vivre et où l'enseignement est de qualité.

  
DossiersGéographie physique de la région Nord - Pas de Calais
 
  • 2 millions d'années

L'événement le plus important de cette dernière ère est la succession de périodes froides et chaudes, déterminant l'apparition et la fonte d'immenses glaciers qui se sont étendus jusqu'au nord de la Belgique. Quatre cycles principaux de glaciation se sont déroulés sur ces 2 MA de l'ère. C'est au cours de la dernière que l'homo sapiens apparaît.

  • Glaciation :

Le niveau de la mer baisse. La région présente des paysages de type sibérien (présence de rennes, rhinocéros laineux, mammouths...). Au Nord, sur le front des glaciers, d'énormes quantités de poussières fines sont arrachées au sol puis emportées par des vents violents. La région bénéficie de ce dépôt de particules, les lœss, qui « beurre » surtout le versant nord de l'Artois (couches de 10 à 20 mètres). C'est l'origine des bonnes terres agricoles de l'Artois et du Cambrésis.

  • Période inter-glaciaire :

Les glaciers fondent, la mer envahit les zones basses et isole la Grande-Bretagne. La région littorale reçoit ainsi des sédiments (falaises fossiles orientées dans le sens de l'invasion marine) tandis que les rivières démesurément gonflées noient des territoires importants (plaines de la Lys, de la Scarpe ou de l'Escaut) ou avalent les reliefs tendres et creusent des vallées profondes (Canche et Authie, Sambre). Le climat était alors celui des savanes africaines : présence d'hippopotames, d'éléphants, de lions.

Actuellement, le climat est interglaciaire. La dernière période de réchauffement a commencé vers -9000 ans. Le niveau de la mer a remonté de 130 mètres en 4 000 ans. L'invasion marine, qui porte le nom de transgression flandrienne, a envahi à nouveau le Pas-de-Calais et les plaines. Le rivage ne cesse d'évoluer : ainsi, la dernière grande invasion s'est produite au Xème siècle.

Au temps des premières implantations humaines, la région était sans doute très inhospitalière : forêts, marais insalubres, etc. Mais sa position géographique et ses richesses expliquent l'acharnement avec lequel les hommes ont voulu conquérir cette terre.

Aujourd'hui, même si la nature poursuit son bonhomme de chemin, c'est à l'influence humaine que la région doit ses caractéristiques.

L'ouverture du détroit du Pas-de-Calais, sans doute dû à un affaissement du terrain dans une zone fragile. Les deux bords de cette dépression sont le Boulonnais, en région, et le Weald, en Angleterre. Ils sont très fortement attaqués dans le flanc de leur falaise. Les calcaires du crétacé puis les couches tendres du jurassique ont été si fortement érodés que le socle primaire réapparait en certains points : c'est la boutonnière du Boulonnais. Par contre la couche de craie qui s'est effondrée dans le Pas-de-Calais est protégée par plusieurs mètres de sédiments marins. C'est dans son épaisseur qu'est percé le tunnel sous la Manche.