Situées près de la Dordogne, au Buisson de Cadouin, les grottes de Maxange offrent des stalactitesstalactites et des stalagmitesstalagmites, mais aussi des cristaux d'aragonitesaragonites recouvrant des mursmurs entiers, des fistuleusesfistuleuses, mais surtout une profusion de cristallisations rares dites « excentriquesexcentriques » remarquables. Ces dernières moins connues, ont la particularité de défier les lois de la pesanteur. Ce joyau a été découvert en août 2000 dans ce qui était une carrière.

La grotte du Grand Roc aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil. © Pymouss, <em>Wikimedia commons,</em> CC by-sa 3.0
La grotte du Grand Roc aux Eyzies-de-Tayac-Sireuil. © Pymouss, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

La carrière de Mestreguiral, qui constitue le site des Grottes de Maxange, était exploitée depuis deux générations par la famille Caballero. En juillet 2000, les travaux mettent à jour une cavité et Angel Caballero, curieux et aidé de ses amis, décide d'agrandir l'orifice et découvre de belles cristallisations. La trouvaille est signalée à la Direction des Antiquités préhistoriques mais il n'y a aucun vestige de présence humaine. En revanche, on a trouvé quelques marques d'ours des cavernes.

Gruta da Torrinha, Chapada Diamantina, Bahia, Brasil, Licence de documentation libre GNU, version 1.2  © Renata Shibuta Marques
Gruta da Torrinha, Chapada Diamantina, Bahia, Brasil, Licence de documentation libre GNU, version 1.2  © Renata Shibuta Marques

Les grottes de Maxange : un site unique à visiter

Début 2001, des spéléologues confirment l'intérêt des concrétionsconcrétions, des excentriques à profusion. Le patron de la carrière se trouve face à un dilemme : continuer l'exploitation ou conserver la grotte. Il décide d'aménager la cavité. Puis une deuxième grotte est découverte, complètement obstruée, le but est de faire communiquer les deux cavités. Le lever topographique montre qu'elles sont proches mais ne se rejoignent pas : un court tunnel artificiel est donc creusé pour faire la jonction.

On transforme l'ancien atelier de débitage en un local d'accueil. Le site ouvre le 20 avril 2003, jour de Pâques. Le 12 juin, les Grottes de Maxange sont inaugurées par les autorités. D'autres passages restent à étudier...

Image du site Futura Sciences

Les grottes de Maxange ont été creusées par une rivière souterraine au début de l'EocèneEocène dans des calcairescalcaires jaunes du Campanien (CrétacéCrétacé supérieur). Elles ont d'abord été creusées par l'érosion, physique et chimique, en régime noyé, puis l'abaissement du niveau en a fait des grottes à l'air libre. Ensuite, l'érosion a apporté des sédimentssédiments sableux et argileux qui les ont comblées en grande partie. Les cristallisations ont poussé pendant et suite à cette phase de comblement partiel.

Qu'est-ce qu'une fistuleuse ?

C'est la forme de base des stalactites que l'on appelle aussi macaroni : ce sont des concrétions en tube, constituées d'un seul cristal qui s'allonge lentement suivant la verticale. Le diamètre ne dépasse jamais un centimètre, en revanche elles peuvent atteindre de deux mètres à trois mètres de long, voire plus et sont très fragiles. Elle naît de la précipitation de la calcite dont la solution arrive sans discontinuité au toittoit de la galerie par une fissure, ou un pore de la roche ce qui assure la croissance.

Le débitdébit reste faible et l'évaporation compense exactement l'alimentation en eau du canal axialaxial. La concrétion se développe verticalement grâce à la force dominante de la pesanteur. La goutte reste suspendue à l'extrémité du tube, à cause de la capillarité. Ces tensions étant égales dans toutes les directions, elles donnent à la section la forme d'un cercle.

La naissance d'un cylindre suspendu à la voûte résulte de la combinaison de la pesanteur et des forces isodiamétriques. Les forces de cristallisationforces de cristallisation lui donnent les propriétés d'une concrétion dont les axes des cristaux sont parallèles.

Que sont les excentriques ?

Ce sont de petites concrétions qui n'ont pas de direction privilégiée de croissance. Dans les grottes de Maxange, elles sont surreprésentées : elles couvrent des plafonds, des parois et recouvrent certaines stalactites, ce qui montre deux phases de cristallisation. L'une des excentriques, en forme de perroquet, est l'emblème des grottes de Maxange.

Quelques adresses :

  • Grottes de Maxange, Mestreguiral, 24480 Le Buisson-de-Cadouin, tél. : 05 53 23 42 80. Une des plus belles grottes à concrétions de France.

  • Gouffre de Proumeyssac, 24260 Le Bugue-sur-Vézère, tél. : 05 53 07 27 47. Déjà célèbre au XVIIIe siècle pour ses légendes, le GouffreGouffre de Proumeyssac ne fut exploré qu'en 1907 et est aujourd'hui la plus grande cavité aménagée du Périgord. On y accède par un tunnel et la visite dure 45 minutes, des compléments d'informations sont aussi donnés sur place : formation du gouffre en dessin animé, espace détente, espace géologique, parcours forestier.

  • Grotte du Grand Roc, 24620 Les Eyzies-de-Tayac, tél. : 05 53 06 92 70. Surplombant la Vézère, la Grotte du Grand Roc, de renommée internationale offre des cristallisations célèbres, des concrétions, des cristaux. Elle est inscrite au Patrimoine de l'Humanité par l'Unesco.