Planète

Le gazon constitue un filtre pour l’eau

Dossier - Votre pelouse peut protéger l'environnement
DossierClassé sous :développement durable , botanique , pelouse

-

Les pelouses couvrent plus de 1 160 000 ha en France, dont 650 000 ha dans les jardins des particuliers, ce qui est considérable. Les graminées à gazon qui les constituent peuvent donc jouer un rôle non négligeable en matière de protection de l’environnement.

  
DossiersVotre pelouse peut protéger l'environnement
 

Une des causes de pollution de l'eau est l'écoulement des contaminants issus des surfaces dures et imperméables, comme les routes et les parkings. Avec l'urbanisation, ces surfaces se développent fortement au détriment des zones perméables. En zones agricoles, un champ en pente récemment travaillé risque de perdre la terre végétale à la suite d'orages ou de pluies continues, bouchant les fossés et apportant des sédiments dans les cours d'eau.

© Dessin GNIS - Tous droits réservés

L'écoulement de l'eau en surface peut donc être réduit et son infiltration dans le sol augmentée en établissant de nouvelles pelouses et secteurs enherbés. La biologie des graminées permet un développement important de la microfaune du sol. Par exemple, les écosystèmes de prairies peuvent soutenir des populations abondantes de vers de terre allant de 200 à 300 par m2. Or rappelons que l'activité des vers de terre augmente la macroporosité du sol, ce qui a comme conséquence l'accélération de la vitesse d'infiltration de l'eau dans le sol et une amélioration du rechargement des nappes phréatiques.

Les pelouses sont le lieu idéal pour la biodégradation de toutes les sortes de contaminants de l'environnement. Par la densité de sa masse racinaire, le gazon est un filtre naturel qui épure l'eau avant que celle-ci descende vers les couches aquifères souterraines. La microfaune du sol, abondante autour des racines, assure la décomposition des produits chimiques en matériaux inoffensifs. Le feutre de graminées est habité de bactéries particulières qui s'attaquent à plusieurs éléments d'origine chimique comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques.

Si l'eau non traitée est impropre à l'approvisionnement en eau potable et ne peut être libérée en l'état dans les ruisseaux, les lacs ou les océans, elle peut être utilisée pour irriguer des pelouses où elle sera épurée par le système racinaire des plantes et par la microfaune du sol, avant de rejoindre la nappe phréatique.

© Ulrich Mayring Wikipedia - GNU Free Documentation License

10 % des terrains de golf des États-Unis emploient déjà l'eau d'effluents pour leur irrigation. En France, l'utilisation sur jachères ou sur bandes enherbées en bord de rivière, de fétuque rouge, fétuque élevée ou ray-grass anglais à gazon est ainsi préconisée par le ministère de l'Agriculture pour limiter la pollution des eaux de surfaces et des nappes phréatiques par les nitrates et les pesticides.

Pour Howard Wood, « les couverts de graminées permettent aussi de diminuer les impacts des précipitations exceptionnelles et la mise en place de structures coûteuses utilisées dans les aménagements urbains ou routiers (collecteur d'eau, systèmes antiglissement de terrain). Cet intérêt environnemental et économique est de plus en plus reconnu par les collectivités en France et à l'étranger. Par exemple, aux Etats-Unis, un système appelé « Grass Filter Strips » (bandes de pelouses filtrantes) de 7 à 30 m de largeur est ainsi employé par les agriculteurs le long des cours d'eau pour filtrer l'eau, ancrer les particules de sol et protéger les talus contre l'érosion ».