Planète

Plus de fruits et légumes pour une meilleure alimentation

Dossier - Les secrets des fruits et légumes
DossierClassé sous :botanique , développement durable , fruit

-

Les fruits et légumes font partie intégrante de notre alimentation. Alors que notre consommation est en dessous des recommandations des nutritionnistes, comment peut-on nous redonner l'eau à la bouche, tout en préservant notre environnement ?

  
DossiersLes secrets des fruits et légumes
 

Les consommateurs, les producteurs mais aussi les scientifiques ont tous un effort à faire pour améliorer la consommation de fruits et de légumes afin de réduire les problèmes liés à l'obésité et préserver notre planète.

Les cerises fruits de l'été à consommer sans modération. © Condesign - Domaine public

Alors que l'obésité gagne du terrain, le challenge est de manger moins et surtout manger mieux. La malbouffe est partout et il est difficile pour beaucoup de lutter contre elle. Le manque de temps, de moyens ou tout simplement l'attrait de la facilité nous pousse à consommer de moins en moins de fruits ou de légumes, qui sont souvent contraignants à préparer ou pas à notre goût.

Les scientifiques essaient tant bien que mal de trouver des solutions pour aider le consommateur à retrouver l'envie d'acheter des produits frais, mais bien que leurs outils soient de plus en plus performants, beaucoup de paramètres complexes sont à prendre en compte.

Des efforts combinés pour une meilleure alimentation

Pour sa santé, mais aussi celle de la planète, le consommateur devrait réapprendre à manger plus de fruits et de légumes que de viande, tout en sélectionnant les produits issus d'une agriculture raisonnée, si possible cultivés dans sa région.

Les fruits et légumes devraient toujours être aussi appétissants ! © DR

Des labels assurant le goût, la qualité nutritive ou la préservation de l'environnement pourraient être apposés sur les produits, mais nous avons vu qu'il n'est pas toujours évident pour le producteur, même le plus honnête, de faire des promesses et de les tenir lorsque la chaîne de distribution prend le relais. La multiplicité des labels seraient aussi incompréhensible pour les consommateurs, qui s'y perdraient.

La prise en compte de tous ces paramètres passe donc par la rééducation du consommateur et par un effort des producteurs, saupoudré du savoir-faire des scientifiques. Main dans la main, c'est à nous tous de relever le challenge !