La menthe est une herbe aromatique très facile à cultiver en pot ou en pleine terre. © Robert Leßmann, Fotolia

Planète

Menthe poivrée

DéfinitionClassé sous :plante , Menthe poivrée , Lamiacées

La menthe poivréeMentha piperita, est une plante herbacée de la famille des Lamiacées. Cette menthe est issue d'une hybridation spontanée, hexaploïde, entre la menthe aquatique (Mentha aquatica) et la menthe verte (Mentha spicata). Vivace, elle atteint généralement 60 cm de haut. Ses feuilles simples sont velues et de couleur vert foncé. Sa floraison se produit entre juillet et septembre, laissant apparaître de petites fleurs, de violet pâle à pourpre, regroupées en épis au sommet, qui ne produisent pas de graine. Son odeur fraîche et dynamisante est reconnaissable entre toutes. La menthe, sous toutes ses formes, est utile à plus d'un titre.

Son histoire

Originaire d'Asie, la menthe est connue et utilisée depuis la nuit des temps. Il semble que des feuilles de menthe aient été retrouvées dans les pyramides égyptiennes. La variété Mentha piperita est cultivée en Angleterre à partir du XVIIe siècle où on la nomme peppermint, elle prend en France le nom commun de menthe anglaise. En raison de sa saveur poivrée, légèrement piquante et camphrée, la menthe poivrée est rarement utilisée en cuisine. On réserve essentiellement son usage à l'herboristerie.

Culture et récolte de la menthe poivrée

La plantation de la menthe poivrée se fait au printemps d'avril à juin. Il existe des semis mais généralement les jardiniers utilisent des jeunes pieds de menthe achetés dans le commerce. Elle apprécie un sol riche, drainé et plutôt frais, les endroits ensoleillés jusqu'à mi-ombre. Elle se récolte de mai à octobre.

Il existe deux façons de multiplier les pieds de menthe. La première, par division de souche, en coupant une partie des racines afin de les mettre ailleurs (pot ou pleine terre). La seconde méthode est le bouturage. Après avoir prélevé une tige d'une bonne quinzaine de centimètre sur la plante principale, placez cette dernière en l'ayant préalablement préparé dans un godet rempli de terre et laissez-lui le temps de se développer en l'arrosant.

Une fois coupée, on peut la consommer fraîche ou la laisser sécher comme du foin. C'est ainsi qu'elle est distillée par vapeur d'eau afin d'en obtenir l'huile essentielle. Sa composition chimique varie en fonction du climat et de sa croissance.

La menthe a des vertus très rafraichissantes. © Photos-Mix, Pixabay, DP

Ses usages courants

La famille des Lamiacées compte plusieurs dizaines d'espèces de menthe. Sa variété dite poivrée est cependant l'une des plus utilisées en phytothérapie et en cuisine. Son huile essentielle est utilisée dans l'industrie alimentaire pour parfumer bonbons, dentifrices, chewing-gums, confiseries et boissons alcoolisées. La plante est utilisée de façon courante, par voie orale (en infusion), dans le traitement symptomatique de troubles digestifs et pour faciliter les fonctions d'élimination urinaire. En usage local, la menthe poivrée est utilisée en cas de nez bouché, de rhume et d'affection buccale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.

Bibliographie :

  • Guide des plantes qui soignent, édition Vidal, 2010.
  • L'Encyclopédie des plantes médicinales, édition Larousse, 2001 et 2017.
  • Les plantes médicinales, Institut européen des substances végétales, mars 2015. 
  • Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, éditions Leduc.s, 2017.
  • Les huiles essentielles chémotypées, Dominique Baudoux et M.L. Breda, édition JMO.