En Grèce ancienne, l'oracle de Delphes, la pythie, utilisait le laurier dans ses rituels de divination en mastiquant ses feuilles. © LianeM, Fotolia

Planète

Laurier

DéfinitionClassé sous :plante , herbe aromatique

Le laurier commun du nom latin Laurus nobilis est également appelé le laurier vrai, laurier-sauce, laurier d'Apollon, laurier noble ou simplement laurier. Originaire du bassin méditerranéen, cet arbuste de la famille des Lauracées, Lauraceae, possède des tiges droites mesurant de deux à six mètres de hauteur. Ses feuilles aromatiques persistantes, de forme lancéolée, alternes et à bord ondulé, sont vert foncé sur leur face supérieure et plus clair à la face inférieure. Ses fleurs, blanchâtres légèrement jaunes, groupées en petites ombelles, apparaissent en avril pour s'épanouir en juin. Il s'agit d'une plante dioïque, avec des fleurs mâles et femelles disposées sur des pieds séparés. Ses fruits sont de petites baies luisantes, de couleur noir violacé, chaque baie contient une seule graine.

Le laurier est aujourd'hui utilisé dans la création de nombreux plats et particulièrement autour de la Méditerranée. Pourtant nombreux sont ceux qui ignorent son origine et ses multiples applications médicinales.

L'histoire du laurier noble

À Rome, dans l'Antiquité, on croyait que le dessèchement de l'arbuste annonçait un désastre. À la même époque, les feuilles de laurier étaient à la fois un médicament et une épice. Pendant les saturnales, des fêtes célébrées au mois de décembre, le feuillage était tressé en guirlandes.

Le laurier était consacré à Apollon et à Esculape, respectivement dieu de la Santé et dieu de la Médecine. Le dieu Pénée, père de la nymphe Daphné l'aurait métamorphosée en laurier pour la soustraire à l'amour d'Apollon. Ce dernier consacra cet arbuste aux triomphes, aux chants et aux poèmes. C'est ainsi que les poètes furent couronnés de laurier, puis au Moyen Âge se furent aux savants des universités d'être ainsi distingués. Les jeunes docteurs étaient couronnés de « baccalauréat » (bacca laurea : baie de laurier). Le laurier est aujourd'hui un symbole international de paix et de succès.

Le laurier noble est une plante à la fois aromatique et médicinale. © maksims, Fotolia

La culture du laurier

Originaire du bassin méditerranéen, le laurier commun pousse dans les lieux humides et ombragés, mais également dans les jardins, où on le cultive comme condiment. Les feuilles sont récoltées toute l'année. Il fleurit généralement au mois de juin et offrent de petites fleurs blanches odorantes.

Le laurier se plante en dehors de la saison des gelées dans un sol profond, bien drainé et ensoleillé. Il supporte très bien la taille. Durant le premier mois de plantation ainsi que durant la sécheresse, arrosez généreusement le laurier une fois par semaine jusqu'à ce que sa cuvette de plantation soit recouverte d'une flaque d'eau. Le laurier ne supporte pas les température inférieurs à -10 °C. Il peut atteindre de deux à dix mètres de haut.

Attention de ne pas le confondre avec d'autres lauriers comme le laurier-rose (Nerium oleander), de la famille des Apocynacées, extrêmement toxique, le laurier-tin (Viburnum tinus), de la famille des Caprifoliacées ou le laurier du Portugal (Prunus lusitanica) qui est une rosacée également toxique.

Parmi tous les lauriers, le laurier-rose est une des plantes les plus dangereuses et toutes ses parties sont toxiques. L'ingestion d'une simple feuille peut s'avérer mortelle pour un adulte, en raison des troubles cardiaques provoqués.

Le laurier : une plante médicinale

Très tôt dans l'Antiquité, on relève l'usage de laurier en infusion. Ses feuilles étaient consommées pour leurs effets révulsifs et toniques sur l'estomac et la vessie ; sous forme de cataplasme, elles passaient pour soulager les piqûres de guêpe ou d'abeille.

Au premier siècle de notre ère, le médecin grec Dioscoride notait que l'écorce de laurier « brise les pierres (dans les reins) et soulage les affections du foie ».

Actuellement, le laurier est principalement utilisé pour soigner les troubles de l'appareil digestif supérieur et les douleurs arthritiques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.