C’est la pulpe de l'aloe vera qui est recueillie et utilisée, choisissez donc une variété bien charnue. @ maslakhatul, Fotolia

Planète

Aloe vera

DéfinitionClassé sous :plante , Nutrition , Santé

Il existe de nombreuses variétés d'aloès, parmi les plus utilisées pour leurs propriétés médicinales, on retrouve l'Aloe barbadensis appelé également aloe vera, l'Aloe arborescens, bien connu au Japon, au Portugal et au Brésil, l'Aloe succotrina, l'Aloe curaçao, l'Aloe capiensis et l'Aloe ferox, qui servent traditionnellement pour la fabrication des extraits à base de latex.

L'Aloe vera est une espèce d'aloès cultivée en Inde, en Amérique du Sud ou encore en Afrique. Il est aussi employé pour désigner le jus des feuilles extrait de cette plante. L'aloe vera est ainsi fréquemment utilisé en dermatologie et en cosmétologie.

Un peu d'histoire

Si son origine est incertaine, l'Aloe vera est connu depuis l'Antiquité en Mésopotamie, dans l'Égypte ancienne et la Grèce antique. Dès 2000 ans avant J.-C, l'aloe vera est utilisé pour ses propriétés laxatives ainsi que pour traiter les infections de la peau. Il est probable que ce soient les Espagnols qui aient apporté les premiers plans d'aloès durant la colonisation de l'Amérique.

La culture de l'aloe vera

L'aloe vera est cultivé à travers le monde à plusieurs fins. Au Maroc, il est largement cultivé pour fabriquer une fibre textile appelée sabra ou soie végétale. Plus généralement, cette plante est utilisée comme ornement. Vivace, craignant le gel, se contentant d'un sol pauvre, l'aloe vera est très présent dans le sud de la France et en Corse où il forme de beaux massifs fleuris en hiver. Plus au nord, il est planté en pot et rentré l'hiver dans un endroit lumineux pour le préserver des températures négatives. L'aloès est une plante des milieux arides qui n'aime pas les excès d'eau. On la multiplie par division, en détachant et en replantant de jeunes plants munis de racines.

Le gel d’aloe vera est utilisé sur la peau, comme ici sur le visage. © Kzenon, Shutterstock

L'aloe vera est aussi une plante médicinale

La feuille d'aloe vera contient plus de 75 composés actifs, 20 minéraux, 20 acides aminés et 12 vitamines. Elle est donc fréquemment employée en dermatologie et en cosmétologie. Sa consistance visqueuse et collante en fait un excellent fixateur naturel pour se coiffer. Actuellement, les industries cosmétiques l'utilisent majoritairement pour ses bienfaits sur l'épiderme. L'aloe vera est capable de ramollir les tissus, ce qui est précieux pour le traitement des brûlures ou piqûres. Il diminue le processus inflammatoire et accélère la cicatrisation, lutte contre le vieillissement cutané et pourrait même stimuler la production de collagène.

L'aloe vera entre aussi dans la prise en charge de troubles intestinaux. Administré par voie orale, l'aloe vera a été testé en 2004 auprès de 44 malades souffrant de colites ulcéreuses à raison de 200 ml par jour pendant 4 semaines. Selon les résultats publiés dans l'Alimentary Pharmacology & Therapeutics, leur état de santé s'est considérablement amélioré comparé à la prise de placebo.

En 2012, une autre étude prouvait l'efficacité de 300 mg d'aloe vera par jour pour diminuer le taux de glucose mais aussi, de cholestérol chez des malades souffrant d'un diabète de type 2.

Il s'administre aussi par voie orale (gélules) avec un seuil de 200 mg à 300 mg à ne pas dépasser par jour. En jus, la consommation maximale quotidienne est de 50 ml.

L'usage d'aloe vera impose quelques précautions. Certains extraits peuvent par ailleurs contenir des traces de latex et donc avoir un effet laxatif. Autre risque, les effets hypoglycémiants de l'aloe vera se cumulent avec ceux d'autres plantes comme le thé vert.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'étrange utilisation des plantes grasses, de l’Aloe vera au peyotl  Les plantes succulentes, aussi appelées plantes grasses, peuvent survivre longtemps sans eau et ne demandent que peu d’entretien. Mais au-delà de leurs capacités hors norme, elles ont aussi des utilisations parfaitement inattendues. Futura-Sciences a interviewé Jean-Marie Solichon, directeur du jardin exotique de Monaco, afin qu’il nous en parle.