En plus de ses autres bienfaits, le cumin aurait une action positive sur la libido féminine. © Glevalex, Fotolia

Planète

Cumin

DéfinitionClassé sous :botanique , phytothérapie , épice

Le cumin (Cuminum cyminum) est une plante herbacée annuelle de la famille des apiacées. Il s'agit d'une plante finement parfumée annuelle de 30 centimètres de hauteur, dont les feuilles sont filiformes. Sa forme est ombellifère. Ses fleurs de petite taille, qui poussent en été, sont regroupées en ombelles, et leur couleur va du blanc au rose. Cette plante est cousine du persil. Ses fruits sont aromatiques et contiennent neuf ridules et des canaux à huile, avec une touffe poilue, de forme oblongue et munie d'une extrémité allongée. Ce sont ses graines qui sont le plus utilisées en cuisine, moulues et mélangées à d'autres épices pour obtenir par exemple le célèbre curry indien ou thaïlandais. Cette épice entre dans la composition des tajines marocaines, du couscous et des merguez. On retrouve des tiges de cumin dans la cuisine vietnamienne. On le nomme parfois « faux anis » ou « anis âcre ».

Le cumin possède une histoire millénaire et des vertus médicinales que l'on ignore trop souvent.

Histoire du cumin

Le cumin est originaire du bassin méditerranéen et plus particulièrement du Proche-Orient. En Égypte, il y a plus de 5.000 ans, les tombeaux pharaoniques étaient parsemés de ses graines. Les Hébreux ont utilisé ces dernières comme moyen de dîme dans les églises. D'après certains passages de la Bible, le cumin servait de monnaie d'échange pour payer des dettes et dans la Rome antique, le cumin était si précieux qu'il était gardé par des hommes en armes. Au Moyen Âge, les serfs l'utilisaient pour se faire affranchir. On le retrouve dans le capitulaire De Villis comme faisant partie des plantes recommandées dans les potagers royaux sous Charlemagne.

Au Moyen Âge, pour se protéger du mauvais sort et des sorcières, il était recommandé de porter sur soi un petit sachet de graines de cumin. © Sanjay Acharya, CC by-nc 3.0

Culture et récolte du cumin

Le cumin pousse idéalement dans un climat méditerranéen, dans un sol léger, humide et à la chaleur. Il est recommandé d'effectuer les semis à la fin du printemps, une fois que les saints de glace sont passés. Les graines doivent être semées en lignes espacées de 30 centimètres, puis éclaircies pour n'en laisser qu'une tous les 20 centimètres. Le cumin n'a quasiment pas besoin d'apport en arrosage sauf durant une période de sécheresse prononcée. La récolte des graines doit intervenir lorsque les gousses se mettent à jaunir, en fin d'été. Suspendez alors les tiges coupées la tête en bas, en les glissant dans un sac de papier. Laissez alors les graines tomber à l'intérieur, où elles vont sécher. Ensuite, vous pourrez frotter les gousses entre vos mains pour en extraire les graines, à conserver dans un récipient hermétique (conseils de Michel Caron). Récoltez les graines de cumin avant leur complète maturité pour éviter qu'elles ne tombent.

Le cumin, une plante médicinale

Au 1er siècle de notre ère, Pline l'Ancien attribuait au cumin des vertus apéritives. La médecine traditionnelle chinoise préconise l'emploi du cumin pour purifier le foie et améliorer l'appétit. De nos jours, le cumin est recommandé en phytothérapie en cas de digestion difficile et d'inflammation rhumatismale.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Note. La phytothérapie est utilisée en médecine traditionnelle depuis des siècles. Son efficacité et son innocuité restent toujours discutées. Et pour cause, comme l’explique l’Organisation mondiale de la Santé dans un rapport de 1998, « un nombre relativement petit d'espèces de plantes ont été étudiées pour d’éventuelles applications médicales ». Cet article s’inscrit naturellement dans cette démarche. Ajoutons que compte tenu des risques éventuels d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses voire de toxicité de certaines plantes, informez toujours votre médecin, si vous recourez régulièrement à la phytothérapie.