Ce ptérosaure est la plus vieille espèce aux pouces opposables

Classé sous :Évolution , ptérosaure , pouce opposable

[EN VIDÉO] Interview : cinq idées fausses sur les dinosaures  Le cinéma et la littérature entretiennent autour des dinosaures une certaine mythologie. Ces allégations, souvent totalement erronées, ont le don de froisser les experts et les adeptes avertis. Futura-Sciences est donc parti à la rencontre d'Éric Buffetaut, paléontologue, afin de passer au crible cinq idées reçues sur les dinosaures. 

Le « Monkeydactyl » est, à ce jour, la plus vieille espèce connue dotée d'un pouce opposable. De son nom scientifique, Kunpengopterus antipollicatus, ce ptérosaure a été déniché dans la formation géologique de Tiaojishan, en Chine. Un lieu réputé pour la qualité de ses fossiles, dont l'âge remonte aux Jurassiques moyen et supérieur. En l'occurrence, le fossile du Monkeydactyl étudié daterait de quelque 160 millions d'années. À une époque où aucun autre ptérosaure n'a été recensé avec des doigts opposables. Un double exploit !

Selon les chercheurs à l'origine de l'étude, cette évolution serait une adaptation à la vie arboricole. Dans les arbres. Ses mains seraient faites pour saisir, grimper, se rattraper... À l'instar de celles des primates. Le pouce opposable est une caractéristique surtout présente chez des mammifères, et chez certaines grenouilles arboricoles. Mais elle est rare parmi les reptiles, dont Kunpengopterus antipollicatus fait partie. Ce ptérosaure n'est d'ailleurs pas un dinosaure.

De petite taille, le Monkeydactyl aurait eu une envergure de 85 cm. Puisque les ptérosaures sont aussi connus pour être les premiers vertébrés à avoir développé un vol motorisé -- selon les données actuelles. Chez les premiers ptérosaures ou leurs ancêtres, une hypothèse suggère que vivre dans les arbres aurait joué un rôle dans l'apprentissage du vol. L'un des auteurs de l'étude, Rodrigo Pêgas, a souligné que « les darwinoptères [dont Kunpengopterus antipollicatus, ndlr] sont des ptérosaures du nom de Darwin, en raison de leur anatomie de transition unique ayant révélé comment l'évolution affectait l'anatomie des ptérosaures à travers le temps ».

Reconstitution d'artiste du « Monkeydactyl », tel qu'est surnommé le ptérosaure Kunpengopterus antipollicatus. © Chuang Zhao