Ces salamandres se parachutent des arbres les plus hauts du monde !

Classé sous :amphibiens , animaux , salamandre
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une étonnante salamandre robotisée  Le robot bioinspiré Salamandra robotica II présente l’incroyable faculté de pouvoir, au choix, nager ou marcher en fonction du milieu dans lequel il évolue. 

Elles peuplent des arbres parmi les plus hauts du monde, jusqu'à 85 mètres au-dessus du sol : les salamandres errantes sont des petits amphibiens de seulement quelques centimètres de long, qui vivent dans des zones humides et boisées. Situées dans le nord du continent américain, avec une grande majorité en Colombie-Britannique, elles appartiennent à la famille des pléthodontidés, les salamandres sans poumons : elles respirent entièrement au travers de leur peau ! Cela les restreint à des micro-habitats humides, qu'elles choisissent parfois dans des grands arbres, comme les houppiers des grands séquoias. Une étude publiée le 23 mai dans la revue Current Biology a mis en lumière une de leurs particularités : leur posture lorsqu'elles sautent d'arbre en arbre.  

Les salamandres errantes sautent telles des parachutistes ! © Christian Brown

En effet, ces petites salamandres, si elles restent dans une même zone durant leur vie, n'hésitent pas à naviguer de branche en branche si elles sont dérangées. Des chercheurs ont effectué des expériences en soufflerie, qui permettent de simuler la chute de ces petits amphibiens. Et là, surprise ! Les spécimens testés ont utilisé des postures similaires à celles que l'on utilise lors de sauts en parachute : les pattes écartées, et le corps et la queue les plus horizontaux possible.

« Bien que des centaines d'espèces de salamandres sans poumons soient connues pour grimper, le comportement aérien n'avait pas encore été décrit, a déclaré Christian Brown, doctorant à l'université de Floride du Sud et premier auteur de l'étude. Notre enquête sur le comportement aérien a révélé que des espèces de salamandres très arboricoles, en particulier la salamandre errante (Aneides vagrans), s'engagent de manière fiable dans le parachutisme et le vol plané pour ralentir et diriger leur descente. »

Ces salamandres se parachutent littéralement du haut des arbres, comme l'ont montré des chercheurs par des observations et des expériences en soufflerie ! © Christian Brown

Grâce à cette technique, les salamandres ralentissent leur vitesse verticale jusqu'à 10 % lors de leur chute. Elles utilisent aussi leur queue et leur torse pour faire comme des ondulations, afin de varier l'angle de chute. « Ces salamandres sont non seulement capables de se ralentir, mais elles utilisent également un contrôle précis du tangage, du roulis et du lacet pour maintenir une posture droite du corps, exécuter des virages inclinés et glisser horizontalement. Ce niveau de contrôle aérien était inattendu car ces salamandres ne semblent pas posséder de caractéristiques remarquables pour le contrôle aérien ».

La prochaine étape, d'après les chercheurs, sera de modéliser à l'aide de simulations, le mouvement de la salamandre, et de déterminer comment elle peut générer autant de portance« Les scientifiques ont à peine effleuré la surface en étudiant l'écosystème de la canopée des séquoias et la faune unique qu'il a façonnée au cours de l'évolution. Avec le changement climatique à un rythme sans précédent, il est d'une importance vitale que nous recueillions plus de données sur des animaux comme les salamandres errantes afin que nous puissions mieux comprendre, protéger et préserver cet écosystème délicat », a conclu Christian Brown.

La salamandre errante mesure environ 10 centimètres de long et vit dans des micro-habitats humides, comme le dessous de l'écorce d'arbres, ou le bois mort. © Christian Brown