Planète

Des gorilles sauvages victimes d'un virus humain

ActualitéClassé sous :zoologie , gorille , gorille des montagnes

Des gorilles des montagnes, déjà très peu nombreux dans les forêts africaines, seraient décédés des suites d'une infection par un virus... probablement apporté par des touristes ! Cette triste découverte soulève la question de la protection des grands singes dans leur milieu naturel.

Les gorilles des montagnes sont sensibles aux infections. © Sarel Kromer, Wikimedia, CC by-sa 2.0

Selon les dernières estimations, il y aurait moins de 1.000 représentants des gorilles des montagnes (Gorilla beringei beringei) dans la nature. Pour être précis, 786, se partageant les forêts de l'Ouganda, du Rwanda et de la République démocratique du Congo. Étrangement, la curiosité des touristes, pourtant connue pour être parfois dévastatrice, avait jusque-là permis de préserver leur environnement, grâce à l'argent récolté.

Malheureusement, un article publié dans la revue Emerging Infectious Diseases (par des chercheurs du Mountain Gorilla Veterinary Project, du Wildlife Health Center à l'université de Californie, du Center for Infection and Immunity à l'Université de Columbia et du Rwanda Development Board) met en évidence le revers de la médaille : un virus d'origine humaine, peut-être apporté par des touristes, aurait provoqué le décès de deux de ces grands singes.

Des similitudes génétiques fortes

« Parce que les gorilles des montagnes sont moins de 800, chaque individu est d'une importance critique pour la survie de leur espèce», explique Mike Cranfield, directeur du Mountain Gorilla Veterinary Project et vétérinaire à l'UC Davis. « Mais les gorilles des montagnes sont entourés d'humains, et cette découverte rend évident que le fait de vivre dans un parc national protégé n'est pas une barrière aux maladies humaines. »

Comment est-ce possible ? Parce que nous partageons avec les gorilles 98 % de notre patrimoine génétique ! Ainsi, un virus adapté à l'Homme peut facilement contourner la barrière d'espèce lorsqu'il s'agit d'un organisme très similaire. Ce genre de mécanisme (en l'occurrence inversé) est d'ailleurs fortement suspecté d'être à l'origine de l'acquisition du virus du Sida par l'Homme, à la suite d'un contact trop étroit avec le singe.

Des colosses très sensibles...

Les infections virales et bactériennes constituent d'ailleurs la deuxième cause de décès soudain (20 %) chez les gorilles des montagnes, après les blessures traumatiques. Car malgré la carrure impressionnante (jusqu'à 2 mètres de haut pour 300 kilogrammes) de ces primates, leur système immunitaire n'est pas suffisamment entraîné.

Des gorilles de Hirwa sont décédés d'un virus d'origine humaine. © petercolesdc, Flickr, CC by-sa 2.0

Selon les auteurs de l'article, entre 2008 et 2009, onze des douze gorilles (un mâle adulte, six femelles adultes, trois jeunes et deux enfants) du groupe d'Hirwa au Rwanda ont montré des symptômes de maladie respiratoire, associant une toux, des écoulements nasaux et oculaires, ainsi qu'une léthargie. Alors que cinq gorilles ont été efficacement traités à l'aide d'antibiotiques, pour deux individus, une femelle et un nouveau-né qui n'ont pas bénéficié des soins, l'issue a été fatale.

La source du virus est inconnue

L'analyse biologique (par PCR multiplexe, qui permet d'amplifier rapidement des séquences d'ADN spécifiques) réalisée sur des échantillons (sang, poumon, gorge, nez, vagin, anus) provenant des singes décédés, a montré la présence du génome du virus HMPV (le métapneumovirus humain). Si la femelle semble être décédée des suites d'une surinfection par la bactérie à pneumonieStreptococcus pneumoniae, c'est bien la présence du virus qui aurait facilité l'infection bactérienne.

Des humains sont sans doute responsables de la contamination, mais les chercheurs n'ont pas encore élucidé le mode de transmission, ni la source précise. Quoi qu'il en soit, il est crucial de mettre en place des mesures pour préserver la santé des gorilles. Des recommandations des gouvernements des pays hôtes sont d'ailleurs déjà en vigueur, en régulant le nombre de touristes et en réclamant le port de masques.

Cela vous intéressera aussi