Une caméra a filmé la vie au sein des grands fonds d’Exuma Sound dans les Bahamas. Malheureusement, les scientifiques ont dû faire face à un problème pour le moins inattendu. Des bathynomes, des crustacés isopodes ressemblant à des cloportes, ont rongé le câble d’alimentation de l'appareil jusqu'à le mettre en panne.
Cela vous intéressera aussi

Il est souvent difficile d'observer des espècesespèces animales vivant au sein des milieux océaniques profonds. Les solutions consistent à avoir recours à des sous-marinssous-marins ou à des Rov, ou à poser des caméras adaptées sur le fond. C'est cette seconde option qu'ont choisie Edd et Annabelle Brooks du Cape Eleuthera Institute pour étudier la présence de requins dans les eaux profondes d'Exuma Sound, au Bahamas, dans le cadre du Shark Research and Conservation Program.

Mais après avoir laissé leur caméra infrarougeinfrarouge (nommée Medusa) sous l'eau en espérant filmer des requins à six fentes branchiales, des homards de grands fonds et des poissonspoissons à barbe Polymixia, ils ont eu la mauvaise surprise, lors du visionnage des films, de voir que leur outil avait rapidement cessé de fonctionner après sa mise en place. Seules quelques images de requins aiguillats cubains, Squalus cubensis, ont pu être récupérées avant que la caméra ne s'éteigne. Lors de l'analyse du matériel, des traces de grignotages ont été observées sur le câble d'alimentation recouvert de caoutchouccaoutchouc, ce qui a sans doute provoqué la panne.

Mais qui peut bien avoir endommagé le câble de cette manière ? Le coupable a rapidement été identifié. Il s'agit d'un isopode marin, une sorte de cloporte géant, possédant des mandibulesmandibules tranchantes comme des lames de rasoirs, les seules à pouvoir causer de tels dégâts.

Ces traces de morsures ont été trouvées sur le second câble d'alimentation. Il a été fixé à la caméra Medusa après le premier incident. Seuls les bathynomes auraient la capacité de découper le caoutchouc d'une telle manière. Medusa est opérationnelle jusqu'à 2.000 m de profondeur. © Lee Frey et blogs.smithsonianmag.com

Ces traces de morsures ont été trouvées sur le second câble d'alimentation. Il a été fixé à la caméra Medusa après le premier incident. Seuls les bathynomes auraient la capacité de découper le caoutchouc d'une telle manière. Medusa est opérationnelle jusqu'à 2.000 m de profondeur. © Lee Frey et blogs.smithsonianmag.com 

Un isopode allergique à la technologie

Le bathynome géant, Bathynomus giganteus, est un crustacé mesurant jusqu'à 50 cm de long qui affectionne tout particulièrement les eaux profondes et froides de l'Atlantique et du Pacifique. Il représente un cas typique de gigantisme abyssal, un phénomène mal compris qui provoque une augmentation de tailles chez des invertébrésinvertébrés vivant à de grandes profondeurs. 

Pensant à un cas isolé, les scientifiques ont immergé une deuxième fois leur caméra après avoir changé le câble. Il a à nouveau été rapidement détérioré par des bathynomes. À l'heure actuelle, personne n'est en mesure d'expliquer l'attirance de ces saboteurs pour les fils électriquesfils électriques. Il est possible qu'ils apprécient le caoutchouc, ou qu'ils soient attirés par le courant circulant dans les fils. L'un des concepteurs de Medusa, Edie Widder, planche déjà sur la fabrication d'un nouveau câble d'alimentation entouré de plastiqueplastique, en espérant que cette matière ne soit pas appréciée par ces crustacés marins.

Cet animal charognard se nourrit normalement de carcasses tombées sur le fond, il joue donc un rôle important au sein des écosystèmesécosystèmes profonds en participant au nettoyage des fonds océaniques, lorsqu'il ne se trompe pas de cible...