Santé

Un grand requin blanc relâché après 6 mois de captivité !

ActualitéClassé sous :vie , requin blanc , captivité

Septembre 2004. L'Aquarium de Monterey en Californie accueille un nouveau pensionnaire : un jeune requin blanc -une femelle de 1,50 m- qui avait été capturé par hasard dans les filets d'un pêcheur, avant d'atterrir dans un bassin de 16 millions de litres. 6 mois plus tard, son drôle de séjour s'achève...

Cette jeune femelle a retrouvé la liberté...

Garder un requin blanc en captivité ? De nombreux aquariums dans le monde ont tenté l'expérience... sans grand succès. En effet, une quarantaine de requins blancs (Carcharodon carcharias) ont été relâchés, ou ont perdu la vie dans de telles tentatives au bout de deux semaines de captivité. Ainsi, l'Aquarium de Monterey qui gardait la jeune femelle depuis le mois de septembre dernier, détenait un record avec ces 198 jours de captivité, record qui n'a pas été établi sans mal pour l'animal ! Le requin blanc présentait des traces de blessures sur le museau, et son comportement était de plus en plus agressif vis-à-vis des autres espèces. Dernièrement, la femelle avait même tué deux requins hâ (Galeorhinus galeus)...

Selon les experts de la Pelagic Shark Research Foundation de Californie, il devenait évident qu'elle manquait cruellement d'espace pour vivre dans de bonnes conditions. Elle avait grandi d'environ 40 cm et pris plus de 45 kg depuis son arrivée. Est-ce cette importante croissance et la mort des deux autres squales qui ont enfin décidé l'Aquarium de Monterey à libérer la captive ? « Sa santé est excellente. Il est plus risqué de manipuler un animal de plus forte corpulence... » avait effectivement indiqué Randy Hamilton, l'un des responsables de l'Aquarium, avant de s'en séparer le 31 mars dernier. « Nous avions toujours prévu de la relâcher lorsque le temps serait venu » soutient-il. Les biologistes sont satisfaits de l'expérience car ils affirment avoir appris une foule de choses en s'occupant d'elle pendant tout ce temps ; et les responsables, qui ont vu la fréquentation de leur établissement grimper en flèche le sont aussi ! En effet, plus d'un million de visiteurs sont ainsi venus l'admirer...

Avant de la relâcher dans la Baie de Monterey, une dernière mission a été confiée à cette mascotte. Les chercheurs l'ont marquée d'un « tag », un émetteur électronique qui se détachera au bout d'un mois. Il fournira des renseignements sur ses mouvements le long des côtes, les profondeurs auxquelles elle plonge et la température des eaux qu'elle fréquente. L'Aquarium de Monterey, fort de cette première tentative, envisage de garder d'autres jeunes requins blancs en captivité à l'avenir. Est-ce réellement une bonne idée ? L'image du requin avec le museau abîmé qui a largement circulé a soulevé un doute chez les spécialistes. Elle aurait même contribué à accélérer la libération de l'animal. Jusqu'à aujourd'hui, seules les plus petites espèces, également plus sédentaires, telles que les requins nourrices, taureaux ou citron ont relativement bien tolèré les conditions de vie imposées par la captivité. Même si le requin blanc est l'une des créatures marines les plus énigmatiques, avons-nous le droit de le "parquer" dans un enclos qui ne correspond aucunement à ses moeurs de grand voyageur... et de grand prédateur ?

Cela vous intéressera aussi