Planète

Grand requin blanc

DéfinitionClassé sous :zoologie , squale , maraîche
Photo d'un grand requin blanc. © Terry Goss, GNU FDL Version 1.2

Grand requin blanc (Linnaeus 1758) - Carcharodon carcharias 

  • Ordre Lamniformes
  • Famille Lamnidae
  • Genre Carcharodon
  • Taille : 4,00 à 5,00 m
  • Poids : 680 à 2.000 kg
  • Longévité : 35 à 40 ans 

Statut de conservation UICN : VU vulnérable

Description du grand requin blanc

Le grand requin blanc est l'un des plus grands prédateurs vivant actuellement dans les océans. La partie dorsale présente une coloration grise parfois sombre qui contraste avec la blancheur du ventre. Le corps est massif et fusiforme. Le museau est allongé et conique et les mâchoires sont équipées de quatre à six rangées de dents triangulaires et crantées, tranchantes comme des lames de rasoir. Les nageoires pectorales en forme de faux sont fortement développées, et l'aileron dorsal est de la même taille que l'aileron anal. Ses yeux sont grands et de couleur noire. Son ouïe et son odorat sont très développés, et sa vue excellente sauf de près... 

Grand requin blanc. © Sharkdiver68, domaine public

Habitat du grand requin blanc

Le grand requin blanc est présent dans toutes les mers tempérées du globe, mais on le trouve également dans les mers tropicales. Il fréquente essentiellement les bordures côtières d'Afrique du Sud, d'Australie, des îles des Caraïbes, de la Nouvelle Zélande et préfère les eaux peu profondes. Certains spécimens ont été observés en pleine mer, à la suite des baleines qui migrent pour mettre bas. Mais en 2005, un individu femelle doté d'un émetteur a franchit l'océan Indien, aller et retour, depuis la pointe du Cap jusqu'aux côtes australiennes, parcourant ainsi plus de 10.000 kilomètres en neuf mois sans aucune raison compréhensible car ce périple ne suit aucune migration de cétacés. Le grand requin blanc semble avoir disparu de Méditerranée du fait de l'intense trafic commercial et de la pollution qui en découle.

Grand blanc. © Terry Goss, GNU FDL Version 1.2

Comportement du grand requin blanc

Le grand requin blanc est généralement solitaire. Il ne cesse de nager pour apporter à l'organisme l'oxygène nécessaire à sa survie. C'est le seul requin à sortir la tête hors de l'eau pour observer son environnement.

Reproduction du grand requin blanc

Le phénomène de reproduction est peu connu et la durée de la gestation est imprécise. L'animal est ovovivipare et les œufs éclosent dans l'utérus. La gestation varierait de 12 à 18 mois, et la femelle ne se reproduirait que tous les deux ans. Les jeunes mesurent entre 1,00 et 1,60 mètre à la naissance et parviennent à la maturité sexuelle vers 10 ans.

Régime alimentaire du grand requin blanc

Le grand blanc comme est également appelé ce requin, n'a pas de prédateur. Il se nourrit de poissons lorsqu'il est jeune, et en grandissant il se rabat sur des proies plus grandes comme les requins d'autres espèces, les tortues, les dauphins et les petits cétacés, et surtout les pinnipèdes tels que phoques ou otaries. Sa technique de chasse consiste à se mettre à l'affût sur le fond et, après avoir repéré une proie par l'agitation de surface, à se propulser telle une torpille pour percuter la victime la gueule grande ouverte. À cette occasion il est capable de réaliser des bonds impressionnants hors de l'eau. Dans les régions où les otaries et les phoques se font rares, le requin se rabat sur les grands poissons du type thons ou marlins.

Requin blanc se jetant sur un appât. © Pietervisser, GNU FDL Version 1.2

Menaces sur le grand requin blanc

Le grand requin blanc est chassé pour sa chair et ses ailerons, mais aussi pour ses dents qui sont revendues en souvenirs aux touristes. La raréfaction de ses proies favorites contribue également au déclin des populations.

Le saviez-vous ?

Les attaques sur l'Homme du grand requin blanc sont relativement peu fréquentes, et lorsqu'elles surviennent, elles ne sont jamais le fait d'un acte volontaire. En effet, dans la plupart des cas, l'animal confond un surfeur ou un plongeur avec ses proies préférées ; les phoques. Il lui arrive également d'attaquer des hors-bords car se sont les vibrations du moteur qui l'abusent. En effet, les ampoules de Lorenzini situées sous le museau, qui sont des récepteurs électriques, induisent le poisson en erreur, car il s'imagine avoir affaire à une proie potentielle. Même s'il possède une bonne vision de loin, la vue de près est plutôt mauvaise, ce qui contribue à la confusion.   

Cela vous intéressera aussi