Dans la famille des baudroies abyssales, les mâles — que l’on devine ici sous la femelle — sont bien plus menus que les femelles. Alors, lorsqu’un mâle parvient à trouver une femelle dans l’immensité de l’océan, il s’y accroche. Littéralement. Il devient pour elle, un parasite sexuel et le couple ne forme dès lors plus qu’un seul et unique organisme. © Rebikoff-Niggeler Foundation

Planète

Un couple de baudroies surpris dans les abysses : une première

ActualitéClassé sous :zoologie , poisson des abysses , baudroie des abysses

C'est au large du Portugal, à 800 mètres de profondeur, que des images d'un couple de baudroies ont été filmées. Des images inédites et d'une valeur scientifique certaine.

LULA1000 : c'est le petit nom d'un submersible spécialement conçu pour filmer dans les profondeurs océaniques en haute définition. Et il vient de ramener aux scientifiques, des images inestimables d'un couple de baudroies abyssales - connu des scientifiques sous le nom de Caulophryne jordani - vivant à quelque 800 mètres de fond. « Du jamais vu », selon Ted Pietsch, expert mondial à l'université de Washington (États-Unis).

Car même s'il existe environ 160 espèces de baudroie, celle-ci est rare. Elle est connue par seulement 14 individus conservés dans des musées d'histoire naturelle. Encore ne s'agit-il que de femelles. Jamais aucun mâle n'avait pu être observé auparavant. Et encore moins vivant ! D'une part car ces animaux ne supportent pas d'être extraits de leur milieu naturel. D'autre part car les mâles, minuscules, vivent peu de temps libres. Ils passent leur vie fixés sur le corps de leur femelle, comme des parasites. L'observation d'un couple est donc une aubaine, à apprécier à sa juste mesure.

Cette baudroie abyssale présente des rayons de nageoires indépendants les uns des autres et qui émettent de la lumière par bioluminescence. © Rebikoff-Niggeler Foundation

D’inestimables observations en milieu naturel

« Pour comprendre la biologie et l'écologie d'une espèce, rien ne remplace des observations en milieu naturel », raconte Ted Pietsch. Et en effet, ces images inédites ont révélé des structures corporelles et des comportements eux aussi jamais observés auparavant.

Ainsi, habituellement, les rayons des nageoires des poissons sont réunis par des membranes. Ici, ils se meuvent indépendamment. « Pour former une sorte de réseau d'antennes sensorielles semblables aux moustaches de chats », suppose Ted Pietsch. Quant aux points lumineux disséminés de long de ces rayons, ils pourraient aider la baudroie à attirer des proies ou au contraire, calmer les ardeurs des prédateurs en faisant passer le poisson pour plus redoutable qu'il n'est.

Pour en savoir plus

Une étrange baudroie découverte dans les abysses

Découvert à plus de mille mètres de profondeur dans le golfe du Mexique, ce petit poisson aux allures de pêcheur à la ligne est une nouvelle espèce. On voit toutefois en lui un cousin de la baudroie et sa famille est bien connue dans les abysses.

Article de Jean-Luc Goudet paru le 09/08/2015

« À chaque fois que nous partons pour une recherche dans les grandes profondeurs, il y a de bonnes chances que nous ramenions quelque chose d'inconnu », explique Tracey Sutton dans un communiqué de la Nova Southeastern University (NSU). Ce jeune chercheur, en PhD, travaille au Halmos College of Natural Sciences and Oceanography et présente la trouvaille de la dernière expédition dans le golfe du Mexique : un représentant d'une nouvelle espèce de poisson (nouvelle aux yeux des Hommes...). Trois individus ont pu être observés entre 1.000 et 1.500 m de profondeur, d'une taille allant de 3 à 9,5 cm.

Son allure semble étrange, avec un corps plutôt difforme et une sorte de canne à pêche au-dessus de la tête. Ces caractéristiques sont connues : ce sont celles des baudroies (ou lottes, une fois décapitées et parvenue sur l'étal du poissonnier), encore appelées poissons-pêcheurs. Cet appendice (en fait la première épine de la nageoire dorsale) sert effectivement à pêcher et, au passage. Le poisson l'agite en tous sens (l'articulation est remarquable), ce qui fait bouger le lambeau de peau qui la termine, faisant passer l'appât pour un appétissant petit animal aux yeux d'autres poissons. Si la taille de cette victime potentielle lui convient, la baudroie ouvre brusquement son énorme bouche, gobant l'eau et son contenu.

Une Lasiognathus femelle, de moins de 10 cm de longueur, munie de sa longue canne à pêche et d'une énorme bouche en guise d'épuisette. © Theodore Pietsch, Ph.D., University of Washington

Cette baudroie ne peut être qu'une femelle

Le nouveau venu est donc un lophiiforme. C'est aussi un cératiidé (ou cératioidé), une superfamille de poissons vivant à grande profondeur. Dans les eaux obscures des abysses où les animaux sont rares, cette canne à pêche, complétée de leurres lumineux, est un instrument très avantageux pour trouver des proies. Les auteurs, qui publient leur découverte dans la revue Copeia, classent le poisson dans un genre connu, Lasiognathus.

On peut même préciser que c'est une femelle car, chez les lophiiformes, les mâles sont minuscules et s'accrochent par la bouche à une femelle lorsqu'ils en trouvent une. Au niveau de la morsure, la peau des deux partenaires est progressivement digérée, tout comme les organes du mâle qui finit par se réduire à ses testicules, lesquels, quand l'heure viendra, répondront aux hormones femelles en éjectant des spermatozoïdes.

Ce n'est pas la première fois qu'une observation de ce genre se médiatise. Le 17 novembre 2014, Bruce Robison, du centre de recherches océanographiques MBARI, filmait un « dragon des mers » (surnom anglais des cératiidés), dans la baie de Monterey, sur la côte californienne des États-Unis. Futura-Sciences avait présenté cette vidéo, que voici :

Cela vous intéressera aussi

Un terrifiant poisson des profondeurs pour la première fois en vidéo  Poisson étonnant, voisin de la baudroie, le dragon des abysses utilise un organe lumineux pour attirer ses proies. L'animal est rare et très peu d’images le montrent évoluant dans son milieu naturel. Lors d’une exploration réalisée en 2015, l’institut de recherche de l’aquarium de Monterey Bay a ramené quelques images de cet étrange spécimen, à découvrir en vidéo.