Six volcans menaçants sont à surveiller en 2018. Ici, le mont Agung en éruption (Bali, Indonésie). Ce volcan a beaucoup fait parler de lui en 2017. © Tropical studio, Fotolia

Planète

Six volcans menaçants à surveiller en 2018

ActualitéClassé sous :Volcan , Terre , Volcanologie

Sur Terre, des volcans se réveillent toutes les semaines. Le plus souvent, ils le font calmement, produisant de petites éruptions, mais, parfois, des géants entrent en activité... Quels sont les volcans les plus à surveiller en 2018 ?

Fin 2017, le mont Agung a beaucoup fait parler de lui. Situé à Bali, ce volcan a en effet montré des signes d'activité laissant craindre une éruption imminente. Il a ainsi provoqué l'évacuation des populations les plus menacées qui vivent à ses pieds. Alors, y a-t-il d'autres volcans comme lui dont il faut s'inquiéter ? La réponse est oui, bien sûr. Notre planète compte des centaines de volcans, dont un certain nombre reste encore à découvrir au fond des océans...

Ne serait-ce qu'en Indonésie, 18 des 139 volcans actifs en 2017 « ont déclenché des alertes pour cause d'activité sismique plus intense que la normale, de déformation du sol ou d'émissions de gaz », écrivent trois spécialistes dans un article sur les volcans à surveiller en 2018. Ils ajoutent qu'entre 14 et 27 volcans sont entrés en éruption dans le monde chaque semaine l'année dernière. Heureusement, pour beaucoup d'entre eux, ce sont de gentilles effusions ou de petites explosions (ou des modérées). Rien à voir avec l'éruption du mont Tambora en 1815, toujours en Indonésie, considérée comme la plus puissante de l'histoire récente.

Et, même si celle-ci fit plus de 92.000 morts et eut un impact sur le climat, elle « ne fait pas le poids comparée aux superéruptions intervenues dans le passé géologique » rappellent les chercheurs. La plus redoutable de ces 25 derniers millions d'années fut celle du Toba, un supervolcan de Sumatra entré en éruption il y a 74.000 ans. Mais Ralf Gertisser (université de Keele), Katie Preece (université de Glasgow) et Sylvain Charbonnier (université de Floride du Sud) se veulent rassurants : « Il y a peu de chance qu'une catastrophe similaire se reproduise de sitôt ».

En Islande, le glacier qui recouvre l’Öræfajökull s’est affaissé en novembre 2017. © Antti Lipponen, Sentinel–2B, CC by-sa

Se méfier des éruptions petites à modérées

Toutefois, soulignent-ils, « ce sont les éruptions petites à modérées qui représentent le plus souvent une menace volcanique constante ». Surtout qu'en ce début de XXIe siècle, ce sont quelque 800 millions d'êtres humains qui habitent à proximité de volcans en activité, à moins de 100 kilomètres. Et, parmi eux, 29 millions vivent à moins de 10 kilomètres.

Alors, si vous redoutez les volcans, mieux vaut éviter d'aller en Indonésie, dans les Philippines, au Japon, au Mexique et en Éthiopie. Ces régions « concentrent à elles seules 90 % du total des menaces volcaniques ».

De tous les volcans actifs qui menacent dans le monde, les chercheurs surveillent de très près le mont Shinmoe, au Japon, le Merapi, en Indonésie, l'Öræfajökull, en Islande, le Popocatepetl, au Mexique, le Villarrica, au Chili, et le Kilauea, à Hawaï (États-Unis).

1. Le mont Shinmoe, au Japon

Les monts Kirishima, au Japon, comptent plusieurs volcans. Mais le plus redouté d'entre eux est le mont Shinmoe qui, il n'y a pas si longtemps, en 2011, fut à l'origine de l'une des plus grosses éruptions sur Terre depuis cinquante ans. Entré de nouveau en éruption en octobre dernier, le niveau d'alerte en ce début 2018 demeure élevé (vous pouvez le voir en direct ici).

2. Le Merapi, en Indonésie

Le Merapi, en Indonésie, est beaucoup plus connu, sans doute pour ses éruptions plus fréquentes. Il est considéré comme l'un des plus dangereux du monde et, à ce jour, le plus meurtrier du XXIe siècle (400 morts en 2010). Il est plutôt somnolent en ce moment, « il n'y a aucun signe précurseur pouvant indiquer qu'une nouvelle activité volcanique est à venir ». Néanmoins, les scientifiques ne le quittent pas des yeux, se méfiant de ce géant qui dort...

3. L'Öræfajökull, en Islande

Tout le monde a entendu parler de l'Eyjafjöll, en Islande, tapi sous le glacier Eyjafjallajökull, lorsqu'il s'est réveillé en 2010. Mais à quelques centaines de kilomètres de là, vers l'est, l'Öræfajökull donne des signes d'activité depuis environ six mois. Des secousses sismiques ont été enregistrées et le glacier qui recouvre le cratère principal s'est affaissé. Pour les volcanologues, c'est un indice de plus que la température monte à l'intérieur. Son nom islandais signifiant « glacier des terres désolées (ou abandonnées) » rappelle l'éruption catastrophique de 1362 ; celle-ci fut suivie d'inondations qui poussèrent les habitants à quitter la région.

Coulées de lave du Kilauea dans l’océan, à Hawaï. Le volcan s’épanche quasiment en continu depuis 1983. © inigocia, Fotolia

4. Le Popocatepetl, au Mexique

Situé à 70 kilomètres au sud de la capitale du Mexique, Mexico, le Popocatépetl (« la montagne qui fume » en nahuatl) est un monstre culminant à 5.426 mètres en activité depuis 2005. Son éruption la plus puissante au cours des temps modernes s'est produite en 1996. Comme on peut le voir à travers les webcams qui l'observent, le volcan connaît des éruptions par intermittence « qui s'accompagnent d'un grossissement du dôme de lave, d'explosions, de panaches de cendres s'élevant à quelques kilomètres de hauteur et de retombées de cendres plus mineures dans les environs ».

5. Le Villarrica, au Chili

Restons sur le continent américain, mais cette fois en Amérique du Sud, au Chili, où le Villarrica, l'un des trois plus grands stratovolcans de la cordillère des Andes, montre un regain d'activité. Depuis novembre 2017, des fontaines de lave éructent jusqu'à 150 mètres de hauteur, indiquent les chercheurs.

6. Le Kilauea, à Hawaï 

Au milieu de l'océan Pacifique, sur la Big Island de l'archipel d'Hawaï, le Kilauea n'a de cesse de vomir de la lave depuis trente-cinq ans et « il n'y a aucune raison pour que cela s'arrête prochainement », commentent les auteurs. Celle-ci s'écoule de son grand cratère de cinq kilomètres de long et, surtout, de la bouche éruptive de Puʻu ʻŌʻō.

Enfin, pour conclure, les trois volcanologues rappellent que des volcans peuvent aussi se réveiller soudainement, sans prévenir, comme ce fut le cas dans l'histoire récente de l'Hekla, en Islande. Dangereux, destructeurs, les volcans nous sont aussi utiles et ils ont vraisemblablement contribué à l’habitabilité de notre planète.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !