Le Kilauea est un volcanvolcan actif d'Hawaï, situé au sud-est de l'île principale, qui porteporte le même nom que celui de l'archipelarchipel et est également appelée Big Island. Pour les Hawaïens, c'est la demeure de la déesse Pelé. Il fait partie d'un ensemble volcanique, dominé par le Mauna Kea (4.207 m) et le Mauna Loa (4.170 m). Son sommet, à plus de 1.200 m, porte une vaste caldeiracaldeira, caractérisée par un relief complexe autour du cratère Halemaʻumaʻu, où a lieu l'activité volcanique, avec en particulier un lac de lave, dont le niveau varie fortement.

Cet ensemble est à la verticale d'un point chaud, c'est-à-dire de mouvementsmouvements verticaux au sein du manteaumanteau faisant remonter du magmamagma à température élevée à cet endroit de la plaque Pacifique. Ce phénomène a créé de la même manière les autres volcans de l'archipel. Les laves du Kilauea, pauvres en silicesilice, sont très fluides et très chaudes. Elles s'écoulent donc facilement, sur de grandes distances, et peuvent atteindre des vitessesvitesses de plusieurs dizaines de kilomètres par heure. Ces caractéristiques définissent les éruptions dites de type hawaïen.

Le Kilauea est très actif

Ce volcan est en activité continue et connaît de fréquents épisodes éruptifséruptifs, d'intensités variables et localisées dans trois zones : la caldeira et deux riftsrifts, à l'est et à l'ouest. Quelques éruptions ont été explosives (notamment celle, exceptionnelle, du 19 décembre 1959) mais la plupart sont effusives, c'est-à-dire avec des écoulements importants, comme celle qui a débuté en avril 2018.

Des fontaines de lavelave, et même des rivières, peuvent apparaître, comme celles qui alimentent le lac du Halemaʻumaʻu. Hors de la caldeira, les coulées peuvent parcourir des kilomètres, allant jusqu'à atteindre l'océan. Lors de l'éruption de 2018, l'une de ces coulées a parcouru 10 km avant de toucher la côte, détruisant le village de Vacation Island, s'étalant en un delta et créant une avancée sur la mer. La lave fluide, emportée par le ventvent, forme parfois des filaments ou des gouttesgouttes, qui, pour les Hawaïens, sont les cheveux et les larmeslarmes de Pelé.