Des sortes d'autruches carnivores hantaient les plaines australes de l'Amérique du Sud à l'ère tertiaire. On vient de mettre la main sur le plus grand de ces oiseaux, probablement haut de trois mètres.
Cela vous intéressera aussi

Il n'avait pas d'aile mais il courait vite. Il n'avait qu'un becbec mais il était énorme. Il a vécu bien après les dinosauresdinosaures, à l'OligocèneOligocène et au MiocèneMiocène, il y a une quinzaine de millions d'années, mais cet oiseauoiseau est un des leurs dignes descendants. Avec ses probables trois mètres de hauteur, il devait être encore plus costaud que Brontornis et ses 2,80 mètres, le géant de la famille, celle des Phorusrhacidés, qui semaient la terreur dans ce qui est aujourd'hui la Patagonie.

Son crâne est typique des Phorusrhacidés, ces redoutables oiseaux carnivores de deux à trois mètres de hauteur.<br />Crédit : Stephanie Abramowicz

Son crâne est typique des Phorusrhacidés, ces redoutables oiseaux carnivores de deux à trois mètres de hauteur.
Crédit : Stephanie Abramowicz

Ephémères rois de Patagonie

Du petit dernier, qui n'a pas encore été baptisé, on connaît un crânecrâne et un morceau de jambe. Avec 71,6 centimètres, le premier est plus grand de 10 % que celui de Brontornis. Quant au tarsométatarse, il mesure 43,7 centimètres, contre 31,5 pour Paraphysornis, un collègue d'environ deux mètres de haut. Luis Chiappe et Sara Bertelli, du muséum d'histoire naturelle de Los Angeles, ont ainsi pu déterminer la taille approximative de cet oiseau qui, expliquent-ils dans Nature, appartient à une espèceespèce jusque-là inconnue.

Le spécimen a été découvert en 2004 en Argentine, à Comallo, par un étudiant qui l'a confié à un musée de paléontologiepaléontologie, lequel l'a expédié à Luis Chiappe. Le puissant bec retourné vers le bas est la marque des Phorusrhacidés. « On ne sait pas si les oiseaux s'en servaient pour tuer leur proie ou pour les déchiqueter » explique Chiappe. La Patagonie a livré bien d'autres squelettes de cette famille et c'est d'ailleurs là qu'a été découvert le premier d'entre eux, Phororhacos, en 1887.