Planète

Un dinosaure découvert dans un glacier en Antarctique

ActualitéClassé sous :paléontologie , dinosaure , jurassique

Difficilement extirpé des glaces du continent Antarctique, un dinosaure herbivore datant de plus de deux cents millions d'années inaugure un nouveau genre. Au passage, il démontre que ces animaux très anciens avaient déjà conquis de vastes territoires.

Partie de fémur du Glacialisaurus hammeri vue sous quatre angles différents. Crédit Acta Palaeontologica Polonica

Baptisé Glacialisaurus hammeri, ce représentant du jurassique inférieur vivait voici environ 190 millions d'années. Sa description, publiée le 5 décembre dernier dans les Acta Palaeontologica Poloncica, se base sur la découverte d'un astragale partiel (2 fragments), d'un tarse et métatarse partiels (1 et 12 fragments), ainsi que d'un fémur partiel (3 fragments) dans les flancs du mont Kirkpatrick, près du glacier Beardmore à une altitude de 4.000 mètres.

Zone de la découverte. Crédit Acta Palaeontologica Poloncica

Les fossiles ont été soigneusement dégagés dans des conditions extrêmement difficiles, le travail des spécialistes ayant dû être fréquemment interrompu en raison des conditions météorologiques particulièrement pénibles. "Cette découverte revêt une très grande importance, car elle confirme que la zone de distribution des dinosauriens sauropodomorphes primitifs était beaucoup plus étendue qu'on ne le pensait généralement et qu'ils ont coexisté avec des espèces voisines", annonce Nathan Smith, un étudiant du Field Museum of Natural History, à Chicago.

Les dinosaures sauropodomorphes étaient les plus grands animaux ayant jamais vécu sur Terre. Ce groupe d'herbivores comprenait notamment les Diplodocus et les Apatosaurus. Glacialisaurus hammeri ferait presque figure de nain, avec ses 7 à 8 mètres de long et son poids de 4 à 6 tonnes.

Il a été baptisé du nom de William Hammer, professeur à Augustana College, instigateur des recherches en Antarctique et qui a activement participé à la découverte des fossiles. Glacialisaurus appartient à la famille des Massospondylidés.

Ainsi que l'indique Nathan Smith, ainsi que Diego Pol, du musée paléontologique Egidio Feruglio (Argentine), et co-auteur de la publication, cette découverte est capitale car elle démontre que la zone de répartition des sauropodomorphes primitifs était très entendue au jurassique inférieur, non seulement en Chine, Afrique du Sud et sur le continent américain, mais aussi en Antarctique.

"Cela était probablement dû au fait que des connexions entre les continents existaient toujours à cette époque, et parce que les climats variaient moins selon la latitude qu'aujourd'hui", conclut Nathan Smith.

Cela vous intéressera aussi