Les populations de requins et de raies déclinent en raison de la surpêche principalement en raison de la surpêche. © VisionDive, Adobe Stock
Planète

La disparition des requins et des raies laisse un « trou béant dans la vie océanique »

ActualitéClassé sous :requin , surpêche des requins , extinction des espèces

La surpêche et la capture indifférenciée sont à l'origine du déclin des populations de requins et de raies, dont de nombreuses espèces sont, pour les trois quarts, au bord de l'extinction. Des mesures strictes de protection peuvent inverser l'effondrement de ces animaux marins qui grandissent lentement et se reproduisent peu.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Rarissimes images du mystérieux requin du Groenland  Voici de rares images d'un sélacien très discret, le requin du Groenland, un géant de 3 à 5 m mais menant une vie discrète au fond des eaux de l'Arctique et qui n'a été découvert qu'en 1930. Brynn Devine et Jonathan Fisher, biologistes canadiens (Memorial University of Newfoundland), ont filmé de nombreuses fois ce poisson très lent, qui peut sans doute vivre jusqu'à 400 ans. 

La surpêche a infligé des pertes de plus 70 % sur la population de certains requins et raies au cours du dernier demi-siècle, laissant un « trou béant et croissant » dans la vie océanique, selon une étude publiée dans Nature et rendue publique mercredi 27 janvier 2021. Le déclin de certaines espèces, comme le requin-marteau ou la raie manta, est remarquable. Parmi les plus touchées se trouve le requin océanique qui est au bord de l'extinction.

Prisé des pêcheurs pour ses ailerons, il est aussi victime de techniques de pêche non sélectives. Sa population a chuté de 98 % en 60 ans. « C'est un déclin pire que celui de la plupart des grands mammifères terrestres, et proche ou égal à celui de la baleine bleue », explique à l'AFP le professeur Nick Dulvy, du département des sciences biologiques de l'Université canadienne Simon Fraser.

C'est un déclin pire que celui de la plupart des grands mammifères terrestres

Son équipe a récolté et analysé les données leur permettant de dresser un état global de 31 espèces de requins et de raies. Ils en concluent que les trois quarts des espèces étudiées sont menacées d'extinction. « Nous savions que la situation était mauvaise dans de nombreux endroits mais elle provenait de plusieurs études et rapports, il était donc difficile d'avoir une idée de la situation globale », explique à l'AFP le scientifique Nathan Pacoureau, cosignataire de l'étude.

Un pêcheur et un requin-marteau sur la plage de Manzanillo, au Costa Rica, le 3 avril 2011. © Yuri Cortez, AFP, Archives

Le déclin n'est pas irréversible

« Nous montrons des déclins prononcés et un risque croissant rapidement d'extinction pour de larges espèces dans les habitats les plus grands et les plus reculés de la Planète, qu'on croit souvent protégés de l'influence humaine », dit à l'AFP M. Pacoureau, lui aussi à Simon Fraser. L'étude pointe du doigt la surpêche et une faible protection de ces animaux, en appelant à des restrictions plus grandes et une meilleure application des règles existantes.

Les données révèlent un trou béant et croissant dans la vie océanique

Les chercheurs remarquent que le déclin des espèces n'est pas toujours irréversible si l'on engage des efforts de conservation. L'étude s'est concentrée sur les requins océaniques et les raies vivant avant tout dans l'océan, et en a dégagé une tendance claire : « Les données révèlent un trou béant et croissant dans la vie océanique », selon M. Pacoureau.

Pour 18 espèces pour lesquelles ils disposaient de plus de données, les chercheurs concluent à une chute des populations de plus de 70 % depuis 1970. Nick Dulvy estime que ce chiffre était sans doute similaire, voire pire, pour d'autres raies et requins océaniques, mais sans pouvoir l'affirmer faute de suffisamment de données. Ces résultats ont même choqué des experts, selon M. Pacoureau. Trois de leurs espèces sont à un stade critique avec une population ayant baissé de plus de 80 % : le requin océanique, le requin-marteau halicorne et le grand requin-marteau. Les populations de requins et de raies sont particulièrement à risque d'effondrement parce que ces animaux grandissent lentement et se reproduisent peu.

Déclin important du nombre de requins. © John Saeki, AFP

Imposer des mesures de protection strictes

Selon l'étude, il y a eu un doublement en cinquante ans de l'utilisation de palangres et filets de senne (un filet de surface) qui capturent la vie marine sans discrimination. Les organismes régionaux réglementant les entreprises de pêche internationales « n'ont pas inscrit la protection des requins et des raies comme une priorité », dit le Pr Pacoureau. En appelant à une interdiction de capture des espèces menacées et à des limites pour celles qui le sont moins.

« Des mesures de protection peuvent empêcher un effondrement des populations. Et nous savons que ça marche », dit-il en prenant l'exemple du retour du grand requin blanc dans les eaux américaines après l'application de règles de protection. Selon le Pr Dulvy, les simples citoyens peuvent jouer un rôle en pressant les gouvernements de respecter leurs engagements nationaux et internationaux. « Où que vous le puissiez, exigez de votre gouvernement qu'il fasse attention aux requins », dit-il.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !