Alors que la plupart des émissions de gaz à effet de serre des États-Unis viennent du nord-est du pays, le réchauffement est plus susceptible de produire des effets importants dans l’ouest. Même constat sur le reste de la planète, en général. © Frederic Bos, Adobe Stock
Planète

Réchauffement climatique : les pollueurs ne sont pas les payeurs !

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , augmentation température , gaz à effet de serre

Face au réchauffement climatique, nous ne serons pas tous égaux. Certains seront plus touchés que d'autres. Et ce ne sera pas forcément ceux qui auront émis le plus de gaz à effet de serre qui souffriront le plus des effets du changement climatique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview avec Jean Jouzel : Le réchauffement climatique est-il soudain ?  Dans une interview, le paléoclimatologue français célèbre Jean Jouzel explique la dynamique du réchauffement climatique. 

« L'un des sales tours du changement climatique, c'est que la pollution émise localement a des conséquences de grande envergure. Lorsque nous brûlons des combustibles fossiles - du charbon, du pétrole ou du gaz -, ils se mélangent dans l'atmosphère de notre Planète. Résultat : des impacts de réchauffement souvent exportés vers des endroits éloignés. » Le commentaire de Kyle Van Houtan dans un communiqué de l’aquarium de Monterey Bay (États-Unis) résume l'étude réalisée par son équipe.

Sur cette carte, en turquoise, les pays qui ont émis relativement plus de gaz à effet (GES) de serre par rapport aux augmentations de température attendues. En rouge, ceux qui ont émis peu de GES par rapport aux hausses de températures prévues. © Van Houtan et al., Aquarium de Monterey Bay

Les scientifiques ont travaillé sur les émissions des quatre principaux gaz à effet de serre (GES) qui ont compté pour 92 % des émissions entre 1970 et 2018 : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l'oxyde nitreux (N2O) et le noir de carbone. Ils ont comparé les sources de ces émissions aux projections de température sur l'ensemble de la planète. Avec premier constat général : si 90 % des émissions sont générées sur 8 % de la surface de la planète, c'est plus de la moitié des terres qui connaîtront un réchauffement extrême d'ici la fin de ce siècle.

Le rôle de l’océan

L'étude montre aussi que les pays industrialisés - l'Europe de l'Ouest et le nord-est de l'Amérique du Nord, par exemple - qui émettent le plus de gaz à effet de serre subiront relativement moins d'impacts climatiques. D'autres - comme l'Afrique ou l'Asie centrale - qui émettent moins de CO2 subiront en revanche plus d'effets du réchauffement.

Ici, quelques pays, écosystèmes et régions classés en fonction des effets du réchauffement par rapport à l’ampleur de leurs émissions de gaz à effet de serre. © Van Houtan et al., Aquarium de Monterey Bay

« Nos résultats offrent aussi un rendu saisissant de ce que l'océan fait pour nous », souligne Kyle Van Houtan. Alors qu'il couvre juste plus de 70 % de la surface de la Terre, il absorbe plus de 90 % de l'excès de chaleur qui résulte de nos émissions de GES. Des émissions qui viennent pourtant bien à plus de 95 % de la terre ferme. « Une raison de plus pour protéger la santé de l'océan », conclut le chercheur.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !