Le killi turquoise vit dans des lacs d'eau douce en Afrique. Lors de la saison sèche, il est capable de stopper son développement embryonnaire pendant plusieurs mois. © Public Domain

Planète

Ce poisson peut mettre sa vie en suspens plusieurs mois !

ActualitéClassé sous :poisson , diapause , mode de vie

Le killi turquoise a une capacité étonnante digne de la science-fiction. Il est capable, à un stade embryonnaire, de suspendre son développement face à une pression environnementale trop forte. Il peut rester ainsi plusieurs mois avant de poursuivre son développement, comme si de rien n'était. 

En novembre 2019, un humain a été placé pour la première fois dans un état de « vie suspendue » lors d'une opération. Si elle est inédite pour l'Homme, il existe plusieurs processus qui permettent aux animaux de mettre leur vie entre parenthèses, comme l’hibernation où une hypothermie progressive ralentit le rythme du métabolisme.

Un poisson, le killi turquoise (Nothobranchius furzeri) utilise une autre technique appelée diapause. À l'état d'embryon, il peut interrompre son développement pendant une durée dépassant celle de son espérance de vie (trois à six mois seulement). Une faculté génétique, encore mal connue, qui ravive les rêves d'immortalité des humains.

Le killi turquoise (Nothobranchius furzeri) peut, à l'état embryonnaire, arrêter son développement grâce à la diapause. © Public Domain

Le killi turquoise peut suspendre sa vie pendant plusieurs mois

Le mécanisme génétique de la diapause chez le killi turquoise est détaillé dans une publication parue dans la revue Science. La diapause lui permet de survivre à une pression environnementale importante. En effet, il vit dans des lacs situés en zone semi-aride qui peuvent s'évaporer en saison sèche. Comme un mécanisme de survie, la diapause gèle le développement de l'embryon qui reprendra lorsque les conditions seront à nouveau optimales. Il peut rester dans cet état plusieurs mois, voire plusieurs années. Selon les auteurs, cette pause forcée n'a aucune conséquence sur la suite du développement du poisson, ni sur sa fertilité ou son espérance de vie.

Lors de la diapause, les scientifiques ont observé qu'une famille de gènes était particulièrement active : le complexe Polycomb. Ces protéines peuvent ajouter trois groupes méthyles sur l'histone 3 des nucléosomes. Cette modification épigénétique agit comme un signal pour les protéines du complexe Polycomb qui empêche l'expression de certains gènes homéotiques. De plus, une protéine, CBX7, appartenant aussi au complexe Polycomb, réprime les gènes métaboliques et musculaires. Elle est aussi responsable du maintien de la diapause dans le temps.

Même si la diapause est un état de « vie embryonnaire suspendue », elle ne signifie pas que l'organisme est inactif. Son maintien nécessite une régulation dynamique des gènes du métabolisme et du développement. Les gènes du complexe Polycomb sont conservés dans de nombreux organismes multicellulaires. Identifiés d'abord chez la drosophile, ils sont aussi présents chez l'Homme. Imaginer un mécanisme similaire à la diapause applicable à l'Homme est tentant, mais restera probablement de la science-fiction.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi