Dans le bush australien, des incendies se déclarent parfois. Outre la chaleur, les éclairs et des bêtises humaines, une famille inattendue de pyromanes a été débusquée : certaines espèces d'oiseaux. La rumeur sur leur culpabilité couraient depuis longtemps et les aborigènes rapportent des témoignages accablants. Leur compilation ne laisse plus planer le doute...
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les tornades de feu, un phénomène rare et impressionnant Des pompiers aux prises avec un grand incendie de forêt en Californie du Sud, aux États-Unis, null

Un incendie est une catastrophe écologique qui peut détruire la vie, la faunefaune, la flore, sur des milliers d'hectares. Or, parfois, ce sont bel et bien des oiseaux qui mettent le feufeu... Ce comportement pyromane a été décrit en Australie par différentes personnes dont les témoignages ont été compilés dans une nouvelle étude parue dans The Journal of Ethnobiology.

Les oiseaux en cause étaient le milanmilan noir Milvus migrans, le milan siffleur Haliastur sphenurus et le faucon bérigora Falco berigora. D'après LiveScience, les auteurs ont identifié 12 groupes d'aborigènes dans lesquels des personnes disaient avoir vu des rapacesrapaces mettre le feu. Les oiseaux agissaient soit seuls soit en groupe.

Par exemple, un aborigène appelé Waipuldanya a expliqué en 1962 dans une autobiographie : « J'ai vu un faucon ramasser un bâton fumant dans ses griffes et le laisser tomber dans une nouvelle parcelle d'herbe sèche à un demi-mile [800 m], puis attendre avec ses compagnons l'exode fou de rongeursrongeurs et de reptilesreptiles brûlés et effrayés ».

Les rapaces mettent délibérément le feu pour se nourrir des animaux qui en seront les victimes. © ssmalomuzh, Fotolia

Les rapaces mettent délibérément le feu pour se nourrir des animaux qui en seront les victimes. © ssmalomuzh, Fotolia

Les rapaces se nourrissent des victimes des incendies

Deux des auteurs ont aussi décrit leurs propres observations. Ainsi, en 2016, l'un d'eux, Robert Gosford, expliquait sur le site IFLScience : « Les reptiles, les grenouilles et les insectesinsectes sortent du feu, et il y a des oiseaux qui attendent devant, juste au pied du feu, en attendant de les attraper ». Mark Bonta, un autre auteur, a expliqué que « certains rapaces relancent des feux éteints ou déplacent des feux à travers des barrières qui pourraient autrement entraver la propagation du feu ».

Certains rapaces relancent des feux éteints ou déplacent des feux

Le scenario est donc souvent celui-ci : les oiseaux récupèrent des bâtons, des herbes dans une végétation en feu, voire dans des feux de cuisine allumés par des humains, s'enfuient avec et les relâchent plus loin, dans des zones intactes. Une personne a ainsi expliqué que les oiseaux « sortaient de nulle part » lorsque l'on allumait un feu.

Cette technique incendiaire permet aux rapaces opportunistes d'attraper des animaux qui fuient les lieux de  l'incendie ou de se nourrir des restes de ceux qui sont morts dans le feu. Si les feux attirent beaucoup d'oiseaux et qu'il n'y a pas assez de proies pour tout le monde, un rapace a tout intérêt à mettre le feu un peu plus loin...

Après l'Homme et les éclairséclairs, les oiseaux pourraient être la troisième cause d’incendies dans le bush australien. Le risque que les rapaces font peser sur les incendies devrait donc être sérieusement pris en compte.

Voir aussi

Les chimpanzés « conceptualiseraient » le feu