Planète

Comment pêcher plus intelligemment en comprenant les écosystèmes marins

ActualitéClassé sous :océanographie , développement durable , océan

Pour développer une pêche et une aquaculture plus durables, il est essentiel de pouvoir déterminer les facteurs qui favorisent la production des grands écosystèmes marins. La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et la Norvège ont mis en place des analyses comparées pour faire apparaitre des paramètres jusque-là invisibles.

Pêcheurs réparant leur filet © Duru... CC-by

Le projet Menu (Ecosystèmes Marins de Norvège et des Etats-Unis) est la première tentative de compréhension des écosystèmes marins intégrée et coordonnée à grande échelle. L'étude a porté principalement sur l'hémisphère nord et les hautes latitudes ainsi que sur d'autres écosystèmes importants pour les pêcheries.

Des schémas de fonctionnement ont ainsi été découverts. Par exemple, les eaux profondes de la côte est-américaine sont surtout influencées par des mécanismes dits de  bottom-up. En d'autres termes, les peuplements vivants sont contrôlés par les ressources de la base de la chaîne alimentaire (nutriments, plancton).

A l'inverse, les eaux peu profondes de la côte ouest dépendent davantage des mécanismes top-down, c'est-à-dire d'un contrôle par le sommet de la chaîne alimentaire : les super-prédateurs, et donc les pêcheries, régulent les échelons inférieurs. Ces deux phénomènes existent dans les écosystèmes, mais définir leur importance relative est souvent difficile.

Cliquer sur l'image pour pour l'agrandir. Les mécanismes de contrôle de la chaîne alimentaire. © Grégoire Macqueron / Futura-Sciences; CC Uwe Kils; CC N. Donne; Wikimedia Commons

La pêche peut influer sur les équilibres entre de nombreuses populations

Par ailleurs, il est apparu que les prises de pêche dans les milieux étudiés ont délaissé les poissons démersaux (vivant près du fond) pour se reporter sur les invertébrés (crustacés, céphalopodes...). La plupart du temps, les communautés de poissons sont devenues moins démersales et davantage pélagiques (vivant en pleine eau).

Il existe de grandes variations entre les pêcheries des différents écosystèmes et leur évolution dépend de nombreux facteurs, certains naturels, d'autres anthropiques (pollution, climat, effort de pêche). Les chercheurs de la NOAA ne savent pas encore si leurs observations sont généralisables aux autres écosystèmes, ni qui, des facteurs globaux ou des facteurs locaux, sont les plus importants. Déterminer l'importance de ces différents facteurs est difficile mais importante pour la gestion de pêches. Le Menu apporte un début de compréhension de ces grands écosystèmes ainsi que de leurs interactions.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi