Le courant circumpolaire antarctique (ACC) est le plus puissant des courants océaniques au monde. Et grâce à de nouvelles données, des chercheurs établissent aujourd’hui qu’il a tendance à s’accélérer… sous l’effet de l’augmentation de la température de la mer.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Beauté des courants océaniques Cette modélisation informatique révèle la beauté et la complexité des courants océaniques obsenull

Le courant circumpolaire antarctique (ACCACC) est apparu il y a environ 30 millions d'années. Il fait aujourd'hui le lien entre les océans Indien, Pacifique et Atlantique. Il est d'ailleurs tout simplement le courant océanique le plus puissant sur notre Planète. Il transporte ainsi autour de l'Antarctique, plus de 165 millions de mètres cubes d'eau par seconde. Pas moins de cent fois le débitdébit de toutes les rivières du monde. Et une équipe internationale de chercheurs nous apprend aujourd'hui que l'ACC s'accélère. Une découverte basée sur des mesures satellites et des données recueillies par le réseau mondial de flotteurs océaniques Argo.

En cause, vous l'aurez deviné : le réchauffement climatique anthropique. Plus précisément, le réchauffement des eaux. Les chercheurs assurent en effet que, malgré le fait que ce courant soit réputé être principalement entraîné par le vent, l'accélération des vents d'ouest dominants sous l'effet de l'augmentation de la température de l'airair aurait, ici, plutôt tendance à dynamiser les tourbillons océaniques qui vont à l'encontre des courants principaux.

Et ça pourrait accélérer le réchauffement climatique

Ce courant circumpolaire antarctique est comme une démarcation entre les eaux chaudes subtropicales et les eaux plus froides de l'Antarctique. Or la partie la plus chaude de l'océan Austral absorbe une grande partie de la chaleurchaleur générée par les activités humaines. D'où l'importance de mieux comprendre sa dynamique. Pour le rôle essentiel que l'ACC joue sur la régulation de notre climatclimat.

Comme l'accélération de l'ACC semble étroitement liée au gradientgradient de température qui règne dans la région, les chercheurs s'attendent désormais à ce que sa vitessevitesse augmente de plus en plus au fur et à mesure que l'océan Austral continuera d'absorber de la chaleur. De quoi favoriser la remontée vers la surface d'eaux profondes chargées en CO2. Et diminuer finalement, la capacité de l'océan à réguler le réchauffement.