Le coup de vent de samedi a généré une tempête de sable sur les plages normandes. © Canva
Planète

Coup de vent meurtrier en Normandie : un phénomène imprévisible ?

ActualitéClassé sous :météorologie , Tempête de sable , normandie

[EN VIDÉO] Un coup de vent très violent en Normandie  Un événement qu'aucun organisme météo n'avait prévu. Explications de Karine Durand, experte en phénomènes météorologiques extrêmes. 

Samedi soir, un coup de vent d'une rare violence a entraîné une tempête de sable en Normandie, tuant un surfeur et blessant plusieurs autres personnes. Un événement qu'aucun organisme météo n'avait prévu. Explications.

Après une journée marquée par une chaleur torride, un phénomène de vent violent et soudain a créé la panique sur les plages normandes ce samedi soir vers 20 h 30. Alors que les côtes étaient bondées, un coup de vent inattendu a généré une tempête de sable sur les bords de mer entre Ouistreham et Deauville. Les vents auraient soudainement atteint les 75 à 100 km/h bien qu'aucune station météo n'ait pu effectuer de mesure fiable à proximité. Un kitesurfeur a perdu la vie à Villers-sur-Mer après avoir été emporté par ces rafales tempétueuses et projeté contre la façade d'un restaurant. Cinq autres personnes ont été sérieusement blessées et 75 autres souffrent de blessures légères.

Un énorme contraste de température

Si certains ont tout d'abord parlé d'une tornade, il s'agit en fait d'un phénomène différent. Au moment de la rotation des vents vers le nord, responsable du rafraîchissement, une forte instabilité s'est créée à la rencontre des deux masses d'air : l'air surchauffé au sol lié à la canicule (plus de 32 °C en Normandie) et l'air frais venu des îles britanniques. Des orages ont commencé à se former, et de fortes rafales de vent, appelées rafales descendantes ou front de rafales, se sont déclenchées à l'avant de la dégradation orageuse. Une tornade est un petit phénomène tourbillonnaire (avec des vents dans tous les sens donc) sous un orage, alors qu'un front de rafales est une zone assez large de vents (parfois plusieurs kilomètres) qui soufflent dans la même direction avant l'arrivée de l'orage. Un phénomène courant, mais dont la puissance a sans doute été exacerbée par l'énorme contraste de masses d'air présent samedi. Il est en effet fréquent que ce type de rafales descendantes génère des vents à 100 km/h en l'espace de quelques secondes, mais lorsque le phénomène se produit sur une plage, cela entraîne une véritable tempête de sable. Ce phénomène rappelle presque les haboobs, ces tempêtes de sable générées par les orages dans les régions désertiques des États-Unis et du Moyen-Orient.

Un événement difficilement prévisible

Le phénomène aurait-il pu être anticipé ? Prévoir l'arrivée d'orages et leurs conséquences exactes à un moment précis est un exercice très difficile. Il est possible de prévoir un risque orageux à l'échelle d'un département, ce qui était le cas samedi, avec des conséquences classiques comme du vent, des averses, de la grêle, mais les prévisionnistes ne peuvent pas définir avec exactitude l'intensité de ce vent ni prévoir sa localisation à quelques kilomètres près. La météo n'est pas une science exacte et réserve encore des surprises.

Cependant, il faut toujours garder à l'esprit qu'avec une situation aussi exceptionnelle que la chaleur de samedi, jour du pic d'intensité de la canicule en France, des phénomènes ultra-violents liés aux orages peuvent toujours être possibles, de manière très localisée.          

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !