La mine d’or à ciel ouvert Super Pit, à Kargoorlie, en Australie Occidentale. © Taras Vyshnya, Adobe Stock
Planète

Vers une extraction massive de l'or présent dans les entrailles de la Terre

ActualitéClassé sous :Géologie , gisement aurifère , spectroscopie d'absorption des rayons X

Insu

[EN VIDÉO] Peut-on transformer du plomb ou du mercure en or ?  L’or est un métal qui, à l’état naturel, est considéré comme rare. Mais serait-il possible d’en créer artificiellement à partir de plomb ou de mercure par exemple ? Unisciel et l’université de Lille 1 ont exploré la question au cours de cet épisode de Kézako. 

Des géologues, miniers et métallurgistes ont conduit des travaux de recherche pour élucider le mystère de cet or qui reste caché dans certains minéraux, à l'instar de la mine d'or à ciel ouvert Super Pit (à Kargoorlie, en Australie Occidentale) où une grande partie du précieux métal se trouve à l'état invisible dans la pyrite arsénifère et l'arsénopyrite. Les résultats de leurs études ouvrent de nouvelles voies pour localiser et exploiter ces autres gisements aurifères.

Comment les gisements d'or se forment-ils dans la croûte terrestre ? On ne retrouve généralement pas plus d'un milligramme de ce métal noble par tonne de roche. Dans les gisements aurifères, cependant, sa concentration est mille à un million de fois plus élevée ! L’or étant peu soluble dans les fluides et les magmas, un tel niveau de concentration ne peut s'expliquer uniquement par la phase fluide hydrothermale.

Par ailleurs, une grande partie de l'or retrouvé dans les gisements n'est pas exploitée car elle reste « cachée » dans les minéraux tels que la pyrite (Fe(S,As)2) et l'arsénopyrite (FeAsS). Cet or n'est pas exploitable par les méthodes de détection et d'extraction traditionnelles qui visent l'or dans son état natif métallique. Quelle est la nature de cet or invisible, et quel phénomène est responsable de sa concentration dans les gisements aurifères ?

En haut, cluster atomique formé par la rencontre de l’or avec l’arsenic et le soufre lors de son incorporation dans la pyrite arsénifère. En bas, dispositif de spectroscopie d’absorption de rayons X de haute résolution sur synchrotron (ligne de lumière FAME-UHD). © G. Pokrovski, M. Kokh, M. Blanchard, D. Testemale

Le retour de la ruée vers l'or ? 

Une équipe de recherche internationale a récemment élucidé cette énigme qui taraude les géologues, les miniers et les métallurgistes depuis d'aube de l'ère industrielle. Pour cela, les chercheurs ont analysé, en utilisant la spectroscopie d'absorption de rayons X de haute résolution sur synchrotron, des minéraux de pyrite et d'arsénopyrite aurifères naturels ainsi que leurs analogues synthétisés en laboratoire. Les données obtenues ont été interprétées à l'aide de modèles thermodynamiques et moléculaires permettant d'identifier l'état chimique et structural de l'or incorporé.

Les résultats montrent que l'or s'incorpore dans ces minéraux uniquement lorsqu'il se lie à l'arsenic. La réaction d'oxydo-réduction provoquée par la rencontre entre le fluide et le minéral forme des clusters atomiques [AuAsnS6-n]. Les minéraux arsénifères fonctionnent ainsi comme de véritables pompes à or, assurant son extraction massive à partir des fluides qui n'ont qu'une faible capacité de concentration de ce métal. Le modèle conceptuel élaboré dans cette étude ouvre de nouvelles pistes pour localiser les ressources en or et autres métaux précieux, et améliorer le traitement des minerais.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !