Un pont terrestre connectait-il l'Amérique du Sud aux îles des Grandes Antilles ? C'est l'hypothèse dite « GAARlandia » établie entre 33 et 35 millions d'années et qui aurait ainsi permis la migration et l'installation d'une faune. Une équipe de scientifiques transdisciplinaires s'est intéressée à l'évolution géodynamique de cette région et leur étude révèle les indices d’une grande île dans les Antilles aujourd'hui disparue.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Partez à la découverte de Curaçao, dans les Antilles, avec Antoine Antoine nous emmène explorer l'île de Curaçao, située au large du Venezuela, dans les Antilles néerlandaises. Difficile de résister à la magnificence des couleurs qui habillent la ville et à celles de la nature qui l'entoure, de ses plages de sable fin et bien sûr de ses eaux turquoises.

Certains mammifèresmammifères terrestres des Grandes Antilles ont des ancêtres sud-américains. C'est pour expliquer cette origine que l'existence d'un pont continental traversant du Nord au Sud la mer des Caraïbes entre 35 et 33 millions d'années a été proposée : le GAARLandia. Cependant, les données géologiques venant corroborer l'existence d'un tel pont manquent cruellement car la zone est à présent située sous 1 km d'eau en moyenne.

De plus, aucun mécanisme géodynamique n'avait encore été clairement identifié pour expliquer son émergenceémergence, puis son ré-ennoiement. Pourtant, les Grandes Antilles recèlent des rongeurs fossilesfossiles étroitement apparentés à ceux retrouvés sur les îles du nord des Petites Antilles, suggérant la possibilité d'échanges terrestres entre ces deux domaines.

Vue du chevauchement de la pointe Toiny. Cet affleurement clé a permis de dater une phase compressive régionale, responsable d'une émersion, qui a permis des migrations entre les Grandes Antilles et le nord des Petites Antilles. © Mélody Philippon
Vue du chevauchement de la pointe Toiny. Cet affleurement clé a permis de dater une phase compressive régionale, responsable d'une émersion, qui a permis des migrations entre les Grandes Antilles et le nord des Petites Antilles. © Mélody Philippon

Une connexion qui reste encore à démontrer

Dans ce contexte, des scientifiques ont mené une étude transdisciplinaire à la jonction entre les Grandes Antilles et le nord des Petites Antilles. Elle s'est déroulée à terreterre et en mer, couplant tectonique, biostratigraphie, géochronologie, géophysique et géologiegéologie marine et géodynamique afin de comprendre l'évolution géodynamique de cette région.

Les scientifiques ont mis en évidence que le domaine Nord Antilles a été affecté par du raccourcissement crustal conduisant à son épaississement, son soulèvement et son émergence. La période de cette émersion autour de 35 millions d'années est compatible avec l'hypothèse GAARlandia. Ainsi, une île (GrANoLA, pour « Grandes Antilles - Petites Antilles du Nord »), comparable en taille à celle des Grandes Antilles actuelles, devait exister et permettre les communications entre Grandes et Petites Antilles.

Est de la plaque Caraïbe à 35 millions d'années. GrANoLA, en vert, émergé à la faveur d'un épaississement crustal d'origine tectonique, fait la connexion entre les Grandes Antilles et le nord des Petites Antilles.
Est de la plaque Caraïbe à 35 millions d'années. GrANoLA, en vert, émergé à la faveur d'un épaississement crustal d'origine tectonique, fait la connexion entre les Grandes Antilles et le nord des Petites Antilles.

Cet évènement pourrait accommoder un changement majeur du mouvementmouvement des plaques tectoniques correspondant à l'immobilisation de la plaque Caraïbe et le changement de direction de déplacement du Sud vers l'Est de la plaque Nord Américaine. La connexion avec l'Amérique du Sud n'est pour autant pas encore démontrée, et l'équipe de recherche espère que la suite de ses travaux permettra de répondre à cette question.