Autant de fruits qu'il y a de fleurs... à cueillir quand l'été sera revenu. © kartoxjm, Fotolia

Maison

Comment réussir la plantation de vos arbres fruitiers ?

Question/RéponseClassé sous :Jardinage , arbres fruitiers , planter un arbre

Le dicton dit qu'au début du mois de novembre, « à la Sainte-Catherine, tout bois prend racines ». Ce principe était surtout valable il y a encore quelques dizaines d'années. De nos jours, il vous est possible d'effectuer un tel travail tout au long de l'année en mettant en terre des sujets qui ont été élevés en conteneurs. 

Les arbres fruitiers sont un régal autant pour les yeux, grâce à leur exubérante floraison printanière, que pour les papilles gourmandes, offrant leurs fruits à la belle saison. L'automne semble être la meilleure saison pour planter des sujets, en particulier à racines nues, car la sève est descendante, l'arbre est au repos. Cette période lui est favorable car il aura le temps de reprendre ses esprits et de s'installer avant le retour des beaux jours, lorsque la sève est remontante. Les arbres fruitiers en conteneur peuvent être plantés en toute saison mais, dans les régions du Sud, mieux vaut éviter le printemps et l'été car la reprise ne sera pas garantie en raison de la sécheresse et des fortes chaleurs. Question de bon sens ! En hiver, et hors période de gel, les arbres avec une belle motte peuvent être plantés, certes, mais le sol est souvent dur et finalement, ce ne sera pas une partie de plaisir.

Savez-vous planter un arbre ?

D'ailleurs, pouvez-vous planter tout seul des arbres fruitiers ? Cette opération ressemble souvent à un véritable chantier ! Faites-vous aider de préférence par un ami, ce qui simplifiera votre travail. Après avoir creusé un trou d'environ 1 mètre de large pour 50 centimètres de profondeur pour les moyens à gros spécimens et un peu moins pour les autres, il est utile d'incorporer un amendement organique, une semaine auparavant. N'hésitez pas à tailler les branches longues du sujet afin qu'il reparte mieux. S'il est à racines nues, il est préférable de le praliner, c'est à dire d'enduire ses racines d'un mélange boueux (le pralin), idéalement composé d'eau de pluie, de compost et de bouse de vache. Le pralin s'achète aussi dans le commerce. L'objectif de cette opération est d'éviter la formation de poches d'air entre les racines. Le moment est venu de le planter en terre. L'un de vous deux maintient le sujet en place et le second ajoute la terre nécessaire pour combler le trou.

Ce travail terminé, vous tasserez en soulevant l'arbre par de légers à-coups de bas en haut, de façon à faire descendre le support terreux. Il faudra vérifier avec une latte de bois posée horizontalement, sur le trou de plantation, que le collet de l'arbre se trouve situé légèrement au-dessus du sol. Enfin, arrosez copieusement, de façon à bien faire descendre la terre entre les racines.

Préparer son verger pour avoir de beaux fruits. © Lumix2004, Pixabay, DP

Comment faut-il tuteurer des arbres nouvellement plantés ?

Si votre jardin est venté, n'oubliez pas d'effectuer ce travail. Un sujet bénéficiant d'une forme compacte et d'une motte bien plus large que profonde a toutes les chances de rester stable et il ne sera pas nécessaire de lui offrir un tuteur. En revanche, un arbrisseau ayant une ramure déséquilibrée et une motte aux racines irrégulières aura besoin d'être tuteuré. De façon à ne pas endommager les racines de vos arbres, enfoncez vos tuteurs, en châtaignier ou en acacia, dans le sol à 40 centimètres de profondeur, avant d'effectuer votre plantation.

Quels arbres fruitiers choisir ?

Les arbres fruitiers préfèrent les expositions ensoleillées à mi-ombragées. Dans les régions connaissant des hivers rudes, les agrumes doivent être rentrés. En conséquence, il vaut mieux alors les cultiver en pot mais il est rare de disposer d'une orangerie ; aussi une serre, un porche, un endroit bien abrité sans oublier de pailler le pied, font l'affaire.

Sachez que, pour donner des fruits, certains arbres ont besoin d'être pollinisés, que ce soit par l'action du vent, de la pluie ou des insectes ; par exemple, c'est le cas du pommier ou du poirier. Il faut donc prévoir d'en planter deux de la même espèce afin qu'ils fructifient et ce, à moins de 100 mètres de distance l'un de l'autre.

Si vous avez un petit jardin, vous pouvez opter pour des arbres dont les branches peuvent être palissées (cognassier, pêcher, abricotier, pommier, poirier). Cette technique permet de réaliser des belles haies ou d'habiller un mur gris ou détérioré.

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

En savoir plus sur Michel Caron

Ingénieur agricole de formation il a pendant toute sa vie professionnelle, en tant que journaliste, collaboré à plusieurs hebdomadaires agricoles.

N'hésitez pas à acheter le livre : « 52 semaines au jardin »