Le dahlia, une bulbeuse déclinée en une multitude de coloris. © Alexas Fotos, Pixabay, DP
Maison

Vrai / Faux : est-il vrai que certaines bulbeuses doivent être tuteurées et d'autres pas ?

Question/RéponseClassé sous :jardin , bulbeuse , tuteur

Il existe des fleurs bulbeuses qui peuvent se passer d'un tuteurage, leur taille ne justifiant pas une telle précaution (tulipe, muscari, jacinthe, etc.). Mais certaines espèces méritent d'être protégées des sursauts d'humeur du vent, à l'exemple du dahlia. Ne négligez pas de prendre cette précaution, cela afin d'éviter de retrouver vos massifs en très mauvais état.

Vous trouverez dans le commerce des tuteurs, discrets et pratiques d'emploi, par exemple munis, à leur partie supérieure, d'un cercle en acier galvanisé où peuvent s'accrocher les rameaux.

Vrai ou faux : est-il possible de fabriquer des tuteurs ?

Vrai ! En hiver, vous allez avoir moins de travail dans votre jardin. Profitez donc de cette saison pour fabriquer les tuteurs dont vous aurez besoin lors de vos plantations à venir. Vous allez pouvoir également en fabriquer facilement. Des cannes de bambou feront parfaitement l'affaire pour fixer les pieds de vos sujets fragiles, d'une hauteur supérieure à 1,20 mètre, voire aussi des piquets de bois. La technique la plus esthétique et la moins coûteuse consistera à utiliser des rameaux secs de branches d'arbres caducs. Fichez-les en terre solidement. Vos plantes pousseront et leur végétation enveloppera les tuteurs. Autre possibilité : l'emploi de quatre à cinq bambous à planter en cercle et à relier à leur sommet, à l'aide de fils discrets, créant ainsi un rempart aux tiges.

Les bambous sont d'excellents tuteurs, notamment pour certaines bulbeuses. © PublicDomainPicture, Pixabay, DP

Vrai ou faux : faut-il disposer les tuteurs à la plantation ou après ?

Vrai ! Ne percez pas vos bulbes (ou oignons) avec vos tuteurs ! Intervenez donc avant leur plantation. Vous allez également pouvoir prévoir d'enfoncer vos tiges de bois à une dizaine de centimètres de vos différents pieds. Ou, mieux encore, placez de petits tuyaux en plastique au ras de vos oignons, au moment de leur plantation, en y glissant ensuite vos tuteurs. Par ailleurs, n'employez pas de la ficelle ordinaire, mais plutôt du raphia ou de la ficelle horticole, en vente dans les jardineries, leur texture permettant de ne pas blesser les tiges fragiles des plantes.

Tulipes et muscari pour un massif bicolore. © Domeckopol, Pixabay, DP

Vrai ou faux : les tuteurs résistent-ils aux intempéries sans les traiter ?

Faux ! Il faut bien entendu les traiter. Cette technique supprimera les risques de contamination de maladies cryptogamiques pour vos cultures suivantes. Trempez leur base dans du goudron et enduisez-les, après un sérieux lavage et séchage, d'eau de Javel à 12 °chl ou de sulfate de cuivre à 2 %. La meilleure méthode, surtout la plus rapide si vous avez un grand nombre d'éléments à traiter, sera de les passer vivement à la flamme à l'aide d'une petite lampe à souder. Mais agissez avec mesure : il s'agit de les roussir et non de les brûler !

En savoir plus sur Michel Caron

Ingénieur agricole de formation il a pendant toute sa vie professionnelle, en tant que journaliste, collaboré à plusieurs hebdomadaires agricoles.

N'hésitez pas à acheter le livre : « 52 semaines au jardin »

 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !