La lucarne est une ouverture positionnée en saillie sur la pente du toit. Utilitaire et décorative à la fois, elle s’impose en construction quand les combles commencent à prendre de l’ampleur en délimitant des volumes exploitables.

Cela vous intéressera aussi

La lucarne apparaît au XIIIsiècle, avec l'architecture gothique. Elle se caractérise par sa façade verticale équipée d'une ou plusieurs fenêtresfenêtres. Initialement destinée à aérer et éclairer l'espace sous toituretoiture, elle est vite devenue un élément architectural de première importance. Son emplacement varie au fil des siècles et sa toiture adopte diverses formes plus ou moins simples ou complexes. Sa structure en boisbois ou en maçonnerie comporte le plus souvent des côtés triangulaires (jouées) revêtus d'ardoisesardoises, de tuilestuiles... ou enduits

1. Lucarne jacobine ; 2. Lucarne à croupe ; 3. Lucarne normande ; 4. Guitarde ; 5. Lucarne rampante ; 6. Chien-assis ; 7. Lucarne en chapeau de gendarme ; 8. Lucarne pendante. © M.B.
1. Lucarne jacobine ; 2. Lucarne à croupe ; 3. Lucarne normande ; 4. Guitarde ; 5. Lucarne rampante ; 6. Chien-assis ; 7. Lucarne en chapeau de gendarme ; 8. Lucarne pendante. © M.B.

Douze modèles de lucarnes

  • La lucarne jacobine : l'ouvrage est coiffé d'une toiture classique à deux versants et fronton triangulaire. La version avec auventauvent débordant, appelée « lucarne à chevalet », supportait à l'origine une poulie monte-charge accrochée à la poutrepoutre faîtière. 
  • La lucarne à croupe : la structure se reconnaît à son toit constitué de deux longs versants complétés d'un pan frontalfrontal en triangle, qui lui donne son nom. Quand la croupe forme une nette avancée, la lucarne est appelée « capucine » en référence à sa forme évoquant le capuchon des moines Capucins.
  • La lucarne normande ; à l'inverse de la précédente, son toittoit comporte une demi-croupe frontale qui déborde largement des jouées.
  • La lucarne à guitare : aussi dénommée « guitarde », cette lucarne possède un très original toit arrondi qui déborde en encorbellementencorbellement. Cette forme complexe se rencontre en particulier sur des constructions datant du XIXsiècle.
  • La lucarne rampante : souvent confondue avec le « chien assis », elle est couverte d'un toit plat orienté dans le sens de la pente principale.
  • Le chien assis : cette lucarne se distingue de la précédente par son toit plat en pente inversée, d'où son autre appellation de lucarne « retroussée ». Dans les premiers temps, le chien-assischien-assis était de petite taille et servait principalement à aérer les toitures à faible pente. 
  • La lucarne en chapeau de gendarme : particulièrement esthétique, cette lucarne présente des jouées galbées dans la continuité de sa couverture. Elle affectionne les toits couverts d'ardoises ou de chaume. 
  • La lucarne meunière ou pendante ; proche de sa cousine jacobine par sa forme, elle s'en distingue par son positionnement à l'aplomb de la façade du bâtiment.  
  • La lucarne rentrante : située en retrait par rapport au toit de la maison, elle est souvent devancée par un balconnet. Comme la lucarne pendante, elle peut avoir différentes formes de toiture : notamment, à deux versants ou galbée. 
Créé au XVII<sup>e </sup>siècle par François Mansart, le comble mansardé présente de beaux exemplaires de lucarnes à fronton cintré. © Lebeau Moulages Béton
Créé au XVIIsiècle par François Mansart, le comble mansardé présente de beaux exemplaires de lucarnes à fronton cintré. © Lebeau Moulages Béton
  • La lucarne à fronton cintré : selon le stylestyle constructif, la courbure varie entre l'arc de cercle et le demi-cercle. Elle peut évoluer en chapeau de gendarme, s'orner d'un cadre mouluré, d'un médaillon... Les jambagesjambages peuvent représenter un chapiteauchapiteau sculpté, s'accompagner de volutes, de contrefortscontreforts en demi-poire, etc.
  • La lucarne hollandaise : en forme de trapèze, elle se compose d'un dessus plat rampant, prolongé de chaque coté par une joue inclinée. L'ensemble est couramment revêtu d'ardoise
  • La lucarne œil-de-bœuf : généralement de petite dimension, cette lucarne arbore un toit bombé et une fenêtre ronde ou ovale. Elle peut se réaliser en pierre, en cuivrecuivre, en zinguerie d'art, etc.
La couverture en zinc se marie bien avec l’œil-de-bœuf en maçonnerie. IDF Couverture
La couverture en zinc se marie bien avec l’œil-de-bœuf en maçonnerie. IDF Couverture

À noter 

Une lucarne est plus esthétique qu'une fenêtre de toit mais, à surface égale, elle éclaire moins. C'est dû à son toit, qui intercepte une partie du flux lumineux, et à l'angle de pénétration raccourci de la fenêtre verticale.