Les fondations constituent l’assise de la construction. Elles transmettent au sol le poids total de l’ouvrage et assurent sa stabilité. La technique à mettre en œuvre dépend de la qualité du terrain, de sa situation géographique et du mode constructif.
Cela vous intéressera aussi

Les fondations nécessitent un sol suffisamment dur et résistant pour supporter la charge d'un bâtiment. Elles se distinguent en fonction de la profondeur nécessaire à leur réalisation.

Les fondations superficielles

On retient trois principales formes de fondations superficielles. Elles se réalisent à une profondeur comprise entre cinquante centimètres et trois mètres, selon la mise hors gelgel à respecter (DTU 13.11). Le choix est conditionné par la pressionpression que le sol est en mesure de supporter (descente de charge).

  • Semelles continues ou filantes : pour charges homogènes sur sol d'une bonne qualité de portanceportance.
  • Semelles isolées : pour charges ponctuelles (poteaux) sur sol portant faiblement compressible.
  • Radier : plateforme adaptée à un terrain peu stable, d'une surface correspondant à celle de la constructionconstruction.
La semelle isolée s’édifie sur un béton de propreté d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. Son embase ou talon, ici de section carrée, est environ quatre fois plus large que le corps (ou fût). Le ferraillage combine une armature plate et un chaînage vertical. © Fimurex

La semelle isolée s’édifie sur un béton de propreté d’une dizaine de centimètres d’épaisseur. Son embase ou talon, ici de section carrée, est environ quatre fois plus large que le corps (ou fût). Le ferraillage combine une armature plate et un chaînage vertical. © Fimurex

Les fondations semi-profondes ou profondes

Un terrain difficile oblige à creuser plus profondément, pour rencontrer la duretédureté d'assise adéquate. Des pieux, des puits ou un système de barrettes bétonnées assurent le transfert de charges. Ces éléments peuvent être préfabriquéspréfabriqués ou coulés sur place.

  • Les fondations semi-profondes se situent entre trois et six mètres de profondeur. Elles conviennent pour des bâtiments de hauteur moyenne, type maison avec sous-sol et étage(s). Positionnés aux angles de la maison et à l'aplomb des refends, les pieux ou puits sont reliés entre eux par des longrineslongrines.
  • Les fondations profondes commencent au-delà de six mètres et peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres (DTU 13.2). Leur utilisation se conçoit, en particulier, lorsque le terrain présente des risques de tassement ou d'éboulementéboulement.

À retenir

Les fondations profondes sont rares en maison individuelle. Quand les conditions l'imposent, elles se composent le plus souvent de micropieux forés d'un diamètre de dix à trente centimètres.