Mieux vaut savoir enterrer l'électricité. © cade-paysage.com

Maison

Quelles sont les règles de pose de l’électricité enterrée ?

Question/RéponseClassé sous :aménagement du jardin , électricité , électricité enterrée

Au jardin, l'électricité enterrée est soumise à toutes sortes de risques : chocs avec des corps durs, écrasement dû au tassement du sol, rencontre malencontreuse avec une lame tranchante, infiltration d'eau... La norme NF C 15-100 donne la marche à suivre pour sécuriser l'installation.

L'électricité enterrée permet d'alimenter en toute discrétion divers équipements extérieurs : éclairage de jardin, motorisation de portail, interphone ou visiophone, système de filtration d'un bassin ou d'une piscine... Première chose à faire, établir sur plan le tracé de l'installation en tenant compte des obstacles, naturels ou non, à contourner. 

Une profondeur de fouille minimale à respecter

La norme fixe des profondeurs de tranchée différentes selon l'usage du terrain concerné : 65 centimètres au moins dans le cas d'une surface piétonnière, 85 centimètres si le réseau électrique passe sous une aire carrossable (voie d'accès au garage...). La largeur de fouille dépend du nombre de canalisations à enterrer. Une largeur de 25 à 30 centimètres suffit pour un seul réseau. Il faut ajouter un minimum de 20 centimètres d'espace pour faire cheminer en parallèle deux circuits de courants forts. Si l'on enterre dans la même tranchée un circuit de courants forts et un autre de courants faibles (télécommunication, multimédia...), il faut au moins 30 centimètres d'écart pour éviter les interférences

Une gaine annelée protège le câblage électrique de bout en bout. On veille à la faire ressortir de 30 centimètres environ à l’endroit des points de branchement, pour faciliter le raccordement. © M.B.

En pratique, quelques mètres de tranchées peuvent se réaliser sans trop de peine à la bêche et à la pioche. Mais, pour creuser sur de grandes longueurs (10 mètres ou davantage), l'utilisation d'une trancheuse de sol ou d'une mini-pelle de location paraît plus indiquée. 

Un matériel spécifique à réunir

L'installation enterrée s'effectue en général avec du câble U-1000 R2V (ex-R02V) à isolation renforcée. La protection est assurée par une gaine TPC, conforme à la norme NF EN 12613. Elle se choisit par convention de couleur rouge pour les courants forts et de couleur verte pour les courants faibles. La réglementation exige de signaliser les circuits enterrés par un grillage « avertisseur » de la couleur idoine, déroulé sur la totalité du parcours à 20 centimètres du niveau du sol.

La tranchée se creuse en « V » pour prévenir les risques d’éboulement. © M.B.

On commence par établir en fond de fouille un lit de sable de 10 centimètres d'épaisseur. La gaine (munie du câblage) est déroulée dessus, puis enrobée dans une nouvelle de couche de sable de 25 à 35 centimètres. Le tout est recouvert par 10 à 20 centimètres de terre de remblai (suivant la profondeur de fouille), sur laquelle le grillage avertisseur est déployé. On peut ensuite finir de remblayer la tranchée. Il convient de tasser chaque couche de sable et de terre pour éviter, ultérieurement, un tassement important.

  • La norme définit des profondeurs de fouille distinctes pour chaque type de réseau : d'adduction d'eau, d'assainissement, de gaz… 
  • En cas de croisement de deux canalisations, il faut selon leur typologie ménager un écart minimal de 20 à 30 centimètres. 
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !