Maison

Matériaux : une cuve en béton ou en PEHD pour la récupération de l'eau ?

Dossier - Récupération de l'eau de pluie : la bonne idée
DossierClassé sous :Bâtiment , Maison , pluie

La récupération de l'eau de pluie a de nombreux avantages écologiques et économiques. Elle s'inscrit dans une logique de développement durable. De la collecte à la redistribution en passant par le choix du matériau et de l'emplacement, vous aurez toutes les cartes en main pour équiper votre logement dans ce dossier.

  
DossiersRécupération de l'eau de pluie : la bonne idée
 

Une grande diversité de citernes est utilisée dans le monde. Les matériaux employés sont variés : fibre de verre, bois, métal, ferrociment, etc. En France, l'offre commerciale en retient essentiellement deux : le béton et le polyéthylène haute densité (PEHD).

En France, les cuves de récupération d'eau de pluie sont principalement en béton ou en PEHD. Leurs utilisateurs peuvent s'en servir pour l'arrosage de leur jardin. © DJTaylor, Shutterstock

Les cuves en béton sont généralement enterrées et employées dans le cadre de constructions neuves. Le polyéthylène est privilégié lorsque la cuve est installée après la construction de la maison ou pour des installations en sous-sol et dans les vides sanitaires.

D'un point de vue énergétique, le bilan est à peu près équivalent pour la fabrication d'une cuve en PEHD ou en béton. Issu de la pétrochimie, le PEHD est constitué simplement de carbone et d'hydrogène. Sa fabrication à basse température est très peu polluante et quand il est brut, le PEHD se recycle très bien.

Le kit de base pour un usage domestique : une cuve béton enterrée de 5 m3 et un filtre de 80 microns. © Eaux de France

Quant au béton, son recyclage est assez coûteux, mais c'est surtout la pollution atmosphérique engendrée par les cimenteries qui pose problème. Les prix, eux, sont comparables.

Béton ou PEHD : quelle différence ?

Deux facteurs les différencient : le poids et la réaction chimique à l'eau. Le principal avantage des cuves en PEHD est leur faible poids. Cette légèreté facilite le transport (notamment jusqu'aux lieux difficiles d'accès) et la mise en place pour les particuliers. Ces cuves en PEHD de qualité alimentaire disposent d'une protection contre les ultraviolets.

Le prix d'une cuve en béton est plus intéressant, mais sa pose est plus chère que pour une cuve en polyéthylène. © Eaux

Pour une cuve en béton, il faut compter un budget supplémentaire pour la pose. Leur poids de plusieurs tonnes implique en effet le recours à un engin de levage. « Pour la pose d'une cuve en polyéthylène, il faut compter 40 euros par heure, contre 90 à 400 euros pour une cuve en béton », estime Franck Gourbeyre, de la société 2eaux.

Les cuves en polyéthylène sont conçues pour résister à la poussée latérale du sol ; en effet, leur structure monobloc garantit une bonne résistance mécanique. Elles disposent généralement d'une rehausse carrossable qui supporte le passage d'une voiture. Leur volume de stockage atteint 10.000 litres. Il est également possible de les monter en série.